Drame de Furiani : ils se battent toujours pour une « sacralisation » du 5 mai

le
0
Drame de Furiani : ils se battent toujours pour une « sacralisation » du 5 mai
Drame de Furiani : ils se battent toujours pour une « sacralisation » du 5 mai

Une fois de plus, Lauda Guidicelli a le c?ur gros. Dans l'avion qui la mène ce samedi à Marseille pour le match OM-Bastia au stade Vélodrome, elle repense à cette tribune, à ces images qui passent en boucle dans sa tête, puis à son combat, en cette veille du 21e anniversaire de la catastrophe de Furiani.

En 1992, son père y a laissé la vie, comme dix-sept autres personnes. Depuis deux ans, avec sa petite s?ur, d'autres familles de victimes, des centaines de supporters blessés et des journalistes présents lors de cette rencontre historique, elle a repris le combat de sa mère, Vanina Guidicelli. Figure de proue à l'époque, celle-ci a longtemps dénoncé les failles et les responsables de ce drame, jamais vraiment punis.

« Les uns se préparent à la fête, les autres pleurent leurs morts »

Aujourd'hui, Lauda et son collectif veulent une «sacralisation» du 5 mai, cette date imprimée à vie dans l'esprit de tous les Corses, «un tatouage sur le c?ur, indélébile», pour l'ex-gardien de l'OM, Pascal Olmetta. Lauda veut que, plus jamais, un match ne soit joué en France pendant que sa famille se recueille devant la stèle commémorative de Furiani.

Elle sait que ce dimanche soir, lorsqu'elle ira y déposer sa gerbe de fleurs, dans la Capitale, le PSG fêtera peut-être son titre de champion de France. Elle n'a rien contre le club parisien, ni même contre le foot. D'autant que «beaucoup de clubs ont montré leur soutien», assure-t-elle. Ce qu'elle veut, c'est éviter que ce paradoxe soit possible: «Pendant que les uns s'apprêtent à exploser de joie, les autres pleurent leurs morts», regrette-t-elle. Selon elle, «ce n'est pas un problème corso-corse. C'est un drame national, qui n'est pas traité comme tel».

L'an passé, pour le 20e anniversaire, les revendications du collectif avaient trouvé écho. Un chiffre rond, des reportages souvenirs à gogo et même une campagne présidentielle: tous les éléments étaient réunis...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant