Drame de "Dropped" : "Je pleurais en retirant les corps des Français des hélicoptères"

le
0
La juge provinciale Virginia Illanes Bordón raconte au Point.fr le crash dans lequel sont morts huit Français.
La juge provinciale Virginia Illanes Bordón raconte au Point.fr le crash dans lequel sont morts huit Français.

Le Point.fr : Comment avez-vous été alertée du crash et quelles furent vos premières mesures ?Virginia Illanes Bordón : Il faut que les Français sachent que Villa Castelli est un petit village très isolé de la province de La Rioja. On m'a prévenue une vingtaine de minutes après le crash. Mais j'habite à 30 kilomètres et suis moi-même arrivée seulement vers 18 heures, une heure après le crash, sur les lieux. Les policiers et les pompiers ont dû faire plusieurs dizaines de kilomètres avant d'arriver. J'ai tout de suite demandé la préservation du site. Il a fallu appeler des renforts. Ce fut très difficile de combattre les incendies des appareils.Comment s'est faite l'extraction des corps des dix victimes ?

Nous avons travaillé sur un premier appareil. Ce fut un travail très sérieux et douloureux. Rendez-vous compte ! Dix familles touchées par le deuil. L'un des pilotes argentins venait d'apprendre qu'il allait être grand-père. J'ai moi-même mis des gants pour aider de mes propres mains les médecins légistes à retirer les corps. C'est ce que je souhaite dire aux familles des victimes, des sportifs et de la société de production française : j'ai tout supervisé pour que soient respectées l'intégrité et l'intimité de leurs proches. Je pleurais tout en sortant les cadavres des sportifs français et de l'équipe de tournage des carcasses carbonisées.Où en est-on de l'enquête ?

Je ne suis...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant