Drame de Chambéry : un accident de production isolé

le
0

L'enquête sur le décès de trois nourrissons a permis de confirmer le lieu et la date de la contamination bactérienne des poches du laboratoire Marette, mais pas les circonstances, a expliqué ce matin la ministre de la Santé

Comme elle s'y était engagée, Marisol Touraine, ministre de la Santé, a réuni la presse ce vendredi matin pour livrer le bilan des différentes enquêtes lancées après la mort de trois nouveau-nés, au début du mois de décembre, dans le service de néonatalogie du Centre hospitalier de Chambéry. On savait déjà qu'une bactérie inconnue, de la famille des entérobactéries environnementales, que l'on trouve dans l'air ou dans le sol, s'était retrouvée dans des poches de nutrition administrées par voie veineuses aux trois nourrissons décédés et à un quatrième, sauvé de justesse. La ministre a dû concéder que l'on n'avait toujours pas découvert comment la bactérie avait contaminé les poches. «Les causes exactes de l'accident n'ont pu être déterminées...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant