Drame de Carcassonne: six soldats d'élite au tribunal

le
0
Ils sont jugés pour avoir blessé par balle 16 personnes lors d'une démonstration à à la caserne .

Les six hommes assis au banc des prévenus du tribunal correctionnel de Montpellier n'ont rien des badernes caricaturées par Cabu, ni de Pieds nickelés, bien au contraire. Le premier à se lever, Nicolas Vizioz, 32 ans, est un hercule moulé dans un sweat bleu, aux yeux vifs et à l'air doux malgré des cheveux ras. Le 29 juin 2008, il était sergent au sein d'un régiment prestigieux, le 3e RPIMa, membre d'un groupe commando parachutiste (GCP) de vingt hommes - «l'élite de l'élite», comme aime à le souligner, avec insistance, le président. En cette journée portes ouvertes à la caserne de Carcassonne, il participe à une «extraction de ressortissant» simulée. Armé d'un fusil d'assaut, il ouvre le feu, à blanc, sur un de ses camarades qui joue un «méchant». Malheur: le Famas du sergent Vizioz, sous-officier «efficace et archiméticuleux», crache des balles réelles. Le bila...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant