Draghi évoque l'hypothèse d'un plan élargi de rachats d'actifs

le
18
MARIO DRAGHI ÉVOQUE LA POSSIBILITÉ D'UN PROGRAMME ÉLARGI DE RACHAT D'ACTIFS
MARIO DRAGHI ÉVOQUE LA POSSIBILITÉ D'UN PROGRAMME ÉLARGI DE RACHAT D'ACTIFS

par Thomas Escritt

AMSTERDAM/FRANCFORT (Reuters) - Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, a précisé jeudi qu'un programme d'assouplissement quantitatif portant sur une large gamme d'actifs pourrait être lancé si les perspectives d'inflation dans la zone euro se dégradaient, mettant l'accent sur le rôle d'une appréciation de l'euro comme catalyseur.

Le niveau des liquidités excédentaires des banques de la zone euro est par ailleurs tombé à un plus bas de deux ans et demi, entraînant une tension sur les taux à court terme et renforçant la pression en faveur d'un nouvel assouplissement de la politique monétaire.

Soulignant que la BCE prévoyait le maintien d'une inflation faible pendant une période prolongée avant qu'elle ne remonte, Mario Draghi a évoqué trois scénarios susceptibles de conduire l'institution à passer à l'action.

Une détérioration des perspectives d'inflation à moyen terme "constituerait un contexte propice à un programme d'achats d'actifs large", a-t-il dit selon le texte d'un discours qu'il devait prononcer à Amsterdam.

Mario Draghi a également déclaré que "le taux de change est un facteur de plus en plus important de notre évaluation des perspectives de stabilité des prix".

Une hausse de l'euro entraînerait - toutes choses égales par ailleurs - un resserrement des conditions monétaires ayant un impact baissier sur l'inflation, avec des conséquences préjudiciables pour la reprise économique de la zone euro. "Dans ce cas, il faudrait prendre des mesures", a dit Draghi.

L'euro est revenu à 1,3815 dollar après la publication des propos du banquier central, contre 1,3835 un peu auparavant.

L'inflation dans la zone euro est tombée à 0,5% en rythme annuel, bien loin de l'objectif de la BCE qui est d'un peu moins de 2% à moyen terme.

TENSIONS "INJUSTIFIÉES"

La BCE pourrait aussi répliquer à des "tensions injustifiées" sur le marché monétaire par une variété de mesures, a poursuivi Mario Draghi, évoquant un "resserrement supplémentaire de la fourchette des taux d'intérêt incluant un taux de dépôt négatif", ou encore une prolongation au-delà de la date prévue, soit juillet 2015, d

es procédures d'allocation aux banques de liquidités à taux fixe et en quantité illimitée.Le niveau des liquidités excédentaires, soit le montant de monnaie banque centrale détenue par les banques en sus de leurs besoins de financement au jour le jour, est repassé jeudi sous le seuil de 100 milliards d'euros, pour la première fois depuis septembre 2011, à 92,937 milliards.

Son précédent passage sous le seuil des 100 milliards avait été suivi par l'annonce par la BCE d'une première opération de refinancement à long terme sans restriction de montant.

Enfin, si la transmission de la politique monétaire de la BCE se détériorait, la banque centrale pourrait réagir par "une opération de refinancement à plus long terme visant à encourager le crédit bancaire ou par un programme d'achat d'ABS", soit des titres adossés à des actifs, a précisé Mario Draghi.

(Avec Paul Carrel, John Geddie et Eva Taylor, Marc Angrand et Marc Joanny pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dgui2 le jeudi 24 avr 2014 à 20:01

    Draghi évoque, évoque depuis juillet 2012 mais ça ne va bientôt plus suffire. Le marchés n'y croient plus et l'Euro reste trop élevé...

  • M4035381 le jeudi 24 avr 2014 à 19:05

    pour étayer un peu...http://www.dailymotion.com/video/xuvzao_jean-claude-trichet-mario-draghi-goldman-sachs_news

  • M4035381 le jeudi 24 avr 2014 à 19:00

    Rassurez vous il ne l'utilisera que lorsqu'il sera réellement obligé! Goldman sach enfin draghi préférè et de loin un gain de productivité de 38% pour les us qu'un plan d'aide européen. Le but c'est de voler tout ce qu'il reste à voler en UE pour essayer de sauver le dollar. Mais bon, des lions menés par des ânes...

  • M4328752 le jeudi 24 avr 2014 à 18:44

    Comment vous endettez plus ? Draghi a la solution.

  • fouche15 le jeudi 24 avr 2014 à 18:23

    Je crois pour ma part que cela ne sert à rien, ce ne sont pas tant les conditions favorables pour s’endetter qu’ils faillent, mais de véritables besoins de s’endetter et l’on a déjà 100 000 milliards de dettes en niveau mondial pour un PIB de 70 000 milliards, où est le nœud gordien Mario Gordius

  • fouche15 le jeudi 24 avr 2014 à 18:23

    On est rassuré, il suffit donc de manipuler le taux de change pour avoir de l'inflation mais juste en dessous de 2 % et cela est bon pour l'économie, enfin on peut aussi racheter des créances à des banques commerciales pour les alléger et leur permettre d'augmenter les prêts à l'économie. Pourquoi ne pas faire ce qui serait salutaire si ça l’était ? Non d’une pipe.

  • lopez69 le jeudi 24 avr 2014 à 18:12

    Aucun sushi, super mario s'entraine à brider ses yeux pour nous la faire à la Japonaise. Ainsi, comme eux, nous serons sauvés!

  • AND.KOTE le jeudi 24 avr 2014 à 17:59

    il parle,il evoque mais ne fait rien,il attend que ça se degrade encore,voyez la cata des résultats dus a la parité de l'euro!!!

  • TheNasty le jeudi 24 avr 2014 à 17:58

    acter votre parole -marre des blablas et rapidité gériatrique.

  • lechypre le jeudi 24 avr 2014 à 13:50

    parole, parole, mais bon ca suffit pour le Marché apparemment..par contre, je sais pas si les LTRO et/ou ABS serviront à l'économie réelle..par contre oui, aux institutions financières je n'e doute pas

Partenaires Taux