Draghi : embarras de l'Allemagne

le
0
Angela Merkel estime que l'arrivée d'un Italien au poste de grand argentier de l'Europe serait une décision indéfendable face à l'opinion publique allemande. Mais sa position est en train d'évoluer selon le Financial Times

Après la France, l'Allemagne. Le soutien de Nicolas Sarkozy à Mario Draghi devrait accélérer une prise de position officielle à Berlin, qui sera décisive au Conseil européen de juin. Si Angela Merkel adoube à son tour Mario Draghi, la nomination de l'Italien est acquise. Si elle oppose un veto, même verbal, le poste lui échappera.

Selon des proches de la Chancellerie cités par la presse économique, Angela Merkel est plus qu'embarrassée par la déclaration de Nicolas Sarkozy, qui l'aurait prise de court, une fois de plus. «Le gouvernement se prononcera sur les candidats possibles en temps et en heure», a déclaré le porte-parole du gouvernement allemand.

«La décision sur le successeur du président de la BCE, Jean-Claude Trichet, sera prise lors du prochain sommet de l'UE», a ajouté Steffen Seibert.

Contrairement à son ministre des Finances Wolfgang Schäuble, Angela Merkel estime que l'arrivée d'un Italien au poste de grand argentier de l'Europe serait une décision

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux