Draft : Ces joueurs draftés qui ont changé la NBA

le , mis à jour le
0
Draft : Ces joueurs draftés qui ont changé la NBA
Draft : Ces joueurs draftés qui ont changé la NBA

La draft NBA 2015 a eu lieu jeudi à New York. Spécificité nord-américaine, ce mode de fonctionnement promet chaque année son lot de surprises et de déceptions. Retour sur ces joueurs issus de la draft qui ont changé la face de la Ligue.

Allen Iverson (1er choix - Philadelphie Sixers en 1996)
« AI », c’est plus que du basket. Bien sûr, il est quatre fois meilleur marqueur et MVP en 2001. Mais ce joueur-là marque la NBA par son caractère. Tout droit venu des quartiers pauvres de Hampton en Virginie, l’arrière est teigneux, désinvolte, toujours à la limite du supportable mais tellement génial. Ses baggys, chaînes et autres casquettes ne sont pas du tout du goût du commissaire de la NBA David Stern qui impose un dress-code dès 2005. Allen Iverson, c’est ce anti-héros qui manque dans une ligue trop lisse. « The Answer » réagit à l’instinct, ce qui ne manque pas de créer des séquences cultes, sur et en dehors du terrain. Choisi en premier par les Sixers de Philadelphie, il en a fait voir de toutes les couleurs à ses dirigeants, mais reste une légende du côté de la ville de l’amour fraternel.

Len Bias (2eme choix - Boston Celtics en 1986)
Len Bias, c’est l’histoire d’un joueur qui a changé la face de la NBA sans jamais y avoir joué une seule seconde. Seulement 48 heures après avoir été drafté par les Celtics, il décède d’une overdose de cocaïne. Le décès de ce grand espoir du basket mondial, souvent comparé à Michael Jordan, va provoquer la mise en place d’un système d’accompagnement des joueurs draftés. Gestion de l’argent, des femmes et des drogues sont au programme pour ces jeunes qui ne peuvent pas forcément se débrouiller sans les conseils de la NBA. Si l’on ne saura jamais ce qu’il aurait donné sur les parquets, Len Bias a été l’électrochoc qu’il fallait pour une Ligue gangrenée par les drogues à l’époque.

Michael Jordan (3eme choix - Chicago Bulls en 1984)
C’est l’homme qui a crée la légende de la NBA. Sans lui, la grande Ligue du basket ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui. Sélectionné « seulement » en troisième position, Jordan a de quoi faire regretter aux Rockets et aux Blazers de l’avoir laissé aux Bulls. Il a révolutionné le basket par son jeu aérien et sa fameuse langue sortie au moment d’aller au panier. « His Airness » est la première superstar planétaire de la NBA. Il a inspiré toute une génération d’amateurs de basket avec ses six titres de champion avec les Bulls, la « Dream Team » de 1992, le film Space Jam et bien sûr la marque Jordan. Sportif le plus riche de tous les temps, MJ a profité de sa retraite sportive pour devenir propriétaire des Hornets de Charlotte. Plus qu’un joueur, une icône.

Jerry West (2eme choix - LA Lakers en 1960)
Vous ne le connaissez peut-être pas, mais vous avez forcément aperçu sa silhouette. Jerry West, c’est tout simplement le joueur qui apparaît sur le logo de la NBA, et ce, alors que sa carrière de joueur n’est pas encore terminée. En 1969, il devient le seul joueur de l’histoire des Finales à être élu MVP alors que son équipe perd la série. Jerry West est également le grand artisan du renouveau des Lakers dans les années 2000 en tant que general manager avec le recrutement de Shaquille O’Neal et l’échange pour avoir un certain Kobe Bryant en 13eme position de la draft. Il a sa statue devant la salle des Lakers.

Yannick O'Conor

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant