Dr Dre: des rues de Los Angeles au sommet de la fortune

le
0
Dr Dre: des rues de Los Angeles au sommet de la fortune
Dr Dre: des rues de Los Angeles au sommet de la fortune

La route a été longue pour Andre Young, des rues mal famées au sud de Los Angeles au titre de star du hip-hop la plus riche du monde, et ce sont des casques aux couleurs vives qui l'ont aidé à la parcourir.Plus connu sous le nom de Dr Dre, le rappeur de 49 ans devrait occuper la tête du palmarès Forbes des stars du hip-hop les plus riches après le rachat par Apple de sa société Beats Electronics, qu'il a fondée il y a huit ans, pour 3 milliards de dollars. Dr Dre sera, à cette occasion, recruté par le groupe informatique américain.Forbes a calculé mercredi qu'un rachat de Beats pour 3 milliards ferait passer la fortune du producteur après impôts à entre 700 et 800 millions de dollars, soit en dessous de celle d'un autre co-fondateur de Beats, également recruté par Apple, Jimmy Iovine (970 millions). D'autres estiment qu'il pourrait toutefois devenir le premier milliardaire au monde du hip-hop.Il prendrait ainsi la place de Sean "Diddy" Combs, ancien tenant du titre avec 700 millions, celle de Jay Z, désormais à la troisième place avec 520 millions suivi de Bryan "Birdman" Williams (160 millions) et du rappeur 50 Cents (140 millions)."Le hip-hop est désormais au c?ur de la culture populaire américaine", affirme à l'AFP Robert Thompson, professeur à l'université Syracuse dans l'Etat de New York."Si un artiste de hip-hop arrive à se faire un nom et gagner de l'argent, puis est assez malin pour explorer d'autres pistes, cela devient un véritable conte de fée à l'américaine", dit-il.Dre, dit "le Docteur", a travaillé avec les artistes de rap les plus importants comme Eminem, Snoop Dogg, Combs et a lancé le gangsta rap et le G-Funk de la côte ouest. Il a remporté six Grammy awards et a été le premier producteur de hip-hop à décrocher le titre de Producteur de l'année en 2001.- Des casques portés par les stars -Tout a pourtant commencé dans des rues gangrénées par les gangs, à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant