DPI : de trop longs délais d'attente

le
0
En dix ans, cette technique a permis de faire naître des centaines d'enfants indemnes de maladies génétiques incurables.

Côté pile, une technique «efficace et fiable» qui a permis, depuis dix ans en France, la naissance de centaines d'enfants en bonne santé. Côté face, un manque chronique de moyens, qui conduit à des délais d'attente de dix-huit mois voire deux ans. Mardi, le Pr René Frydman (Hôpital Antoine-Béclère, Clamart) a présenté un bilan contrasté de son expérience avec le diagnostic préimplantatoire (DPI) devant l'Académie de médecine. L'institution consacrait une séance exceptionnelle à cette technique d'assistance médicale à la procréation, alors même que l'Assemblée nationale examine en deuxième lecture le projet de loi de bioéthique.

Autorisé en France depuis 1999, le DPI s'adresse aux couples dont la descendance présente un risque important de maladie génétique grave et incurable (myopathie, mucoviscidose, thalassémie, drépanocytose…). Son objectif est de différencier les embryons atteints de ceux porteurs sains ou indemnes, avant de les réimplanter dans

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant