Douze Sages dans une France rose

le
0
La gauche envisage de réformer la composition du Conseil constitutionnel.

À première vue, rien ne vient perturber un studieux et maussade début d'été. Le Conseil constitutionnel est consigné en raison de la session extraordinaire du Parlement. Les vacances seront tardives après une année chargée: le contrôle des lois votées à la fin du quinquennat Sarkozy, l'examen de questions prioritaires de constitutionnalité (1), au nombre de trois ou quatre par semaine, qui s'est installé avec succès et, en 2012, la mission de juge électoral pour la présidentielle et les législatives. Une quasi-routine bousculée le 19 juin dernier par l'apparition de Nicolas Sarkozy, venu plus tôt que prévu siéger au milieu des Sages.

Cette présence de l'ancien président de la République, membre de droit du Conseil constitutionnel, a donné un coup de projecteur sur l'institution de la rue de Montpensier. Rien n'a vraiment filtré sur l'attitude de l'ex-chef de l'État ; des banalités - «Il écoute, prend des notes» - lors de ces récentes séances, inter

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant