Douze morts en Syrie, Kofi Annan appelle à respecter la trêve

le
0

par Dominic Evans

BEYROUTH (Reuters) - Les soldats syriens ont tué au moins douze personnes dimanche, selon des activistes, alors que Kofi Annan a salué la résolution adoptée la veille par le Conseil de sécurité de l'Onu, autorisant l'envoi de 300 observateurs pour veiller au respect du fragile cessez-le-feu.

L'envoyé spécial conjoint des Nations unies et de la Ligue arabe s'est félicité dimanche de l'adoption par le Conseil de sécurité de l'Onu de la résolution qui autorise un premier déploiement de 300 "bérets bleus" non armés pendant trois mois en Syrie.

Le vote à l'unanimité, samedi, de la résolution 2043, fruit d'un compromis rédigé par la Russie et l'Union européenne, est "un moment crucial pour la stabilisation du pays", a estimé Kofi Annan dans un communiqué diffusé dimanche à Genève.

L'ancien secrétaire général de l'Onu appelle les forces de Bachar al Assad et l'opposition à "déposer les armes et à collaborer avec les observateurs pour consolider la fragile cessation des hostilités", plus ou moins respectée depuis son entrée en vigueur il y a dix jours.

"Le gouvernement, en particulier, doit renoncer à utiliser les armes lourdes, comme il s'y est engagé, retirer ces armes et toutes ses unités armées des centres urbains et mettre en oeuvre tous les engagements qu'il a pris dans le cadre du plan de paix en six points", insiste-il.

Une semaine après son arrivée en Syrie, la mission avancée des "bérets bleus" n'a pour l'instant pas mis fin à la répression à l'oeuvre depuis 13 mois dans le pays. Les huit envoyés de l'Onu se sont rendus samedi dans la ville martyr de Homs, où les bombardements s'étaient momentanément interrompus, selon des activistes. Deux observateurs ont passé la nuit sur place, a affirmé un porte-parole de l'Onu.

Dimanche, les "bérets bleus" se sont rendus à Hama, autre bastion de l'opposition dans le centre-ouest du pays, et dans la ville voisine de Rastan.

Selon des militants de l'opposition, des soldats ont ouvert le feu à Hama pour empêcher la foule de venir à la rencontre des observateurs. Aucune victime n'a été signalée.

SIX MORTS DANS LA PROVINCE DE HOMS

Sur le terrain, les activistes de l'opposition ont rapporté que les forces de sécurité syriennes appuyées par des chars avaient fait au moins 6 morts dimanche dans la ville de Douma, à l'est de Damas, et dans la province d'Idlib, située dans le nord du pays.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), basé en Grande-Bretagne, signale par ailleurs la mort de six personnes dans la province de Homs.

Une vidéo postée sur internet montre des nuages de fumée s'élevant de bâtiments de Douma, selon des activistes, tandis que des tirs nourris se font entendre à l'arrière plan.

Selon l'OSDH, basé en Grande-Bretagne, au moins quatre soldats ont été tués dans les faubourgs de Douma lors de l'explosion d'une bombe au passage d'un véhicule blindé.

L'agence de presse officielle Sana n'a pas fait état de combats à Douma, mais a annoncé la mort d'au moins un officier de l'armée dans l'explosion d'une bombe sur un convoi militaire dans la province d'Alep. Une autre bombe a également visé un convoi de fret ferroviaire transportant de la farine dans la province d'Idlib, selon l'agence officielle.

Avec Stephanie Nebehay à Genève; Tangi Salaün et Hélène Duvigneau pour le service français, édité par Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant