Douze apprentis djihadistes prêts à mourir en martyr

le
0
Ces délinquants radicalisés, convertis à l'islam, formaient une cellule clandestine préparant une vague d'attentats antisémites.

«De fanatiques illuminés vivant en semi-clandestinité, sur le point de basculer dans une série d'actions violentes qui auraient pu faire très mal.» ­Dimanche, un haut responsable de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) ne laissait planer guère de doutes sur l'inquiétant profil des douze suspects composant la «cellule» islamiste désamorcée samedi à Paris, Torcy, Strasbourg et Cannes. Soupçonnés de projeter une imminente vague d'attentats contre des associations juives dont ils avaient dressé la liste, ces apôtres de la haine semblent a priori tous taillés dans le même bois.

Assez jeunes et issus de milieux modestes, ces Français sont pour la plupart des convertis à l'islam radical jusqu'à l'aveuglement. Connus pour des histoires de drogue ou de violence, ils semblaient prêts à mener le djihad au c½ur de l'Hexagone avant de mourir en martyr. Âgés de 19 à 25 ans, les onze gardés à vue à la sous-direction antiterroriste s'apprêtaient à

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant