Doux finalise un accord de reprise

le
0
La holding française de la famille Calmels D&P et le groupe saoudien Almunajem sont sur le point de finaliser un accord avec le volailler breton. Le français devrait détenir 52,5% du capital et le Saoudien 25%.

En pleine crise bretonne, le ciel s'éclaircie au-dessus du volailler breton Doux. L'offre de reprise du spécialiste du retournement d'entreprise, le Français Didier Calmels, à travers son holding Développement & Partenariat (D&P), et du groupe saoudien Almunajem devrait en effet aboutir, selon l'AFP. Les trois parties sont «sur le point de finaliser un accord» dont «la signature devrait intervenir dans les prochains jours». A l'issue des négociations, «D&P détiendra 52,5% du capital de Doux, Almunajem 25% et la famille Doux 22,5%», ont-elles détaillé. Doux, en redressement judiciaire depuis juin 2012, est actuellement contrôlé à 80% par la famille Doux et à 20% par BNP Paribas. Pour faire face à ses difficultés, le groupe qui compte 2.400 co...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant