Doux : 1000 emplois perdus au pôle frais

le
0
Le sort du groupe, dont ne subsistent aujourd'hui que les pôles élaborés et export, sera tranché d'ici à la fin de l'année.

Le dépeçage tant redouté du groupe Doux, en redressement judiciaire depuis le 1er juin, est en marche. Première victime: le pôle frais du volailler breton, en liquidation judiciaire depuis le 1er août. Seuls cinq sites sur huit seront repris, soit 745 emplois sauvegardés (avec CDD) sur 1716. Ainsi, 971 personnes devraient recevoir «dans les prochains jours» leur lettre de licenciement, selon Jean-Luc Guillart, délégué central CFDT, qui déplore de voir «casser des familles entières».

«C'est le démantèlement du groupe Doux contre lequel on se bat depuis le mois de juin», ajoute-t-il. «L'État ne laissera tomber personne», a assuré lundi le ministre délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot.

Le tribunal de commerce de Quimper a validé lundi les offres de reprise des entreprises Galina (Doux), LDC, Glon Sanders et Duc. Elles ne concernent pas les abattoirs de Graincourt (Pas-de-Calais), La Vraie-Croix (Morbihan), et Le Pontet (Vaucluse). La vétusté des équ

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant