Doutes sur la voiture «ultra-low-cost» de Renault en Inde

le
0
Bajaj, le partenaire indien de Renault et Nissan, a annoncé l'abandon de leur projet commun. Avant de se rétracter.

Si son potentiel économique est énorme, l'Inde apparaît décidément comme un pays bien difficile à appréhender. Les dirigeants de Renault et de Nissan viennent d'en faire l'expérience. Vendredi matin, ils apprenaient en lisant le Wall Street Journal que Bajaj, le partenaire indien avec lequel ils travaillent depuis 2007 sur le lancement d'un véhicule «ultra-low-cost», avait décidé de suspendre le projet. «Nous n'avons pas l'intention de nous lancer dans le créneau des voitures à faible marge», y déclarait Rajiv Bajaj, le directeur de Bajaj Auto. L'annonce a surpris Renault, qui évoquait une déclaration «non concertée». Et pour cause : dans l'après-midi, Bajaj précisait, dans un communiqué, que «le projet Bajaj-Renault-Nissan se poursuivait et que la nouvelle plate-forme serait présentée à Renault-Nissan en janvier 2012».

Officiellement, le projet n'est donc pas arrêté. La communication étonnante des Indiens amène forcément à se poser des questions

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant