Doutes accrus sur la fiabilité du programme nucléaire pakistanais

le
0
INFOGRAPHIE - Que Ben Laden ait pu vivre dans la ville de garnison d'Abbottabad relance les interrogations sur le contrôle par Islamabad de ses sites.

Lorsque le chef d'état-major pakistanais, Ashfaq Kayani, est réveillé en sursaut le 2 mai à 1 heure du matin, à l'annonce du crash d'un hélicoptère non-identifié à Abbottabad, ses premières pensées vont vers les sites de lancement de missiles balistiques situés à quelques dizaines de kilomètres de là, Fateh Jang et Malute. L'appel de son homologue américain, l'amiral Mike Mullen, quatre heures plus tard, lui révélera les motifs réels de cette agitation nocturne: l'élimination d'Oussama Ben Laden par une équipe de Navy Seals.

L'imperceptible soulagement de Kayani n'a pas rassuré experts et généraux occidentaux, qui se demandent plus que jamais si l'arsenal nucléaire pakistanais se trouve entre de bonnes mains. Olli Heinonen, l'ancien patron finlandais des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), est convaincu du contraire. Cette opération commando «ravive des incertitudes sur l'étendue du contrôle par l'État pakistanais de son

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant