Douche froide pour l'Europe sociale à Bruxelles

le
4
Le fonds européen d'assurance chômage, défendu par François Hollande, est renvoyé aux calendes grecques.

Correspondant à Bruxelles

Les partisans d'une Europe plus solidaire en sont pour leurs frais. A l'approche de rendez-vous et de sommets décisifs cet automne, la Commission européenne vient de renvoyer aux calendes grecques deux ambitions sociales nées de la crise: un fonds d'assurance-chômage à l'échelle de l'eurozone, ainsi que les «contrats» qui aideraient les États à assumer des réformes difficiles grâce à des financements communs.

A la place, l'exécutif européen a proposé mercredi de mettre en place une batterie de cinq «indicateurs sociaux» (*) qui visent à mieux coordonner, sous forme de tableau de bord, l'action des dix-sept États et à lancer l'alerte sur les divergences à l'intérieur de l'union monétaire. «La politique sociale reste une compétence nationale», explique le commissaire Laszlo Andor, en charge du dossier.

Les...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • puck le lundi 7 oct 2013 à 10:19

    j'habite BXL et vraiment monsieur Bricolage y est considéré comme un gros nul !

  • crcri87 le lundi 7 oct 2013 à 00:31

    C'est fou ce que l'on est suivi !! Triste politique étrangère , même dans ce domaine la nullité prévaut

  • M4841131 le mercredi 2 oct 2013 à 17:59

    il mérite bien son surnom d'ANORMAL 1er, heureusement, on n'est plus dans la crise et qu'on a plus de dette, çà permet de donner du fric aux pays qui le voudront

  • frk987 le mercredi 2 oct 2013 à 17:34

    Y a pas à dire nos socialos franchouillards sont plus que marginalisés et vus comme des stupides parfaits.