Doubs : Sarkozy dit «non au FN» mais «laisse les électeurs choisir»

le
2
Doubs : Sarkozy dit «non au FN» mais «laisse les électeurs choisir»
Doubs : Sarkozy dit «non au FN» mais «laisse les électeurs choisir»

Sarkozy marche sur un fil et prend garde de ne pas tomber d'un côté ou de l'autre. Alors que l'UMP se divise sur la position à adopter en vue du deuxième tour de l'élection législative dans le Doubs qui opposera le PS au FN, avec d'un côté les partisans du front républicain pour faire barrage au Front national et de l'autre les adeptes du «ni-ni» (ni front républicain, ni FN), le patron du mouvement, soucieux de conserver l'unité sur cette question cruciale, tient une position d'équilibriste.

«Non au FN», mais «on laisse les électeurs choisir». Voilà ce qu'il a déclaré ce mardi midi à la réunion des députés UMP à l'Assemblée nationale à laquelle il participe chaque semaine. Cela consiste à demander à faire barrage au parti d'extrême droite, sans pour autant appeler à voter PS. Une réunion du bureau politique de l'UMP officialisera ce mardi soir cette posture inédite.

«Nous ne donnons pas de consignes de vote»

«Je vous mets en garde, a confié l'ancien chef de l'Etat pour la justifier sa position. Un parti politique qui ne prend pas de position, ce n'est pas bon signe. Nous devons adopter une position claire sous peine de cumuler tous les inconvénients. Il faut affirmer un choix politique» mais «ce n'est pas la peine de se précipiter (...) nous ne sommes que mardi matin». Dans ce contexte, «nous ne donnons pas de consignes de vote» aux électeurs du Doubs «mais nous leur demandons de prendre en compte cette dimension».

 «Une victoire du FN au plan national n'est plus hypothétique», a-t-il ajouté. Mais « si nous ramenons tout à un problème de conscience, nous risquons de faire du problème de la législative partielle dans le Doubs, un risque d'explosion de l'UMP. Nous avons gagné douze partielles sur treize depuis 2012, et voilà où nous entraîne la législative du Doubs!»

Et les parlementaires UMP auraient eux-mêmes rué dans les brancards. «C'est la réunion de groupe la plus dure à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le mardi 3 fév 2015 à 14:21

    Avec tous les électeurs de Mélanchon, le FN n'a pas besoin des voix de la droite de toute façon.

  • M8050982 le mardi 3 fév 2015 à 13:50

    Sarko le gauchiste appelle à voter PS, quelle surprise !Avec le nombre de ministres PS qu'il avait on n'est pas trop étonné.