Double suicide au Lutétia : le débat sur la fin de vie relancé

le
0
Double suicide au Lutétia : le débat sur la fin de vie relancé
Double suicide au Lutétia : le débat sur la fin de vie relancé

Une petite « pastille létale » pour glisser paisiblement vers une « mort douce ». L'ultime demande adressée dans une lettre par Georgette et Bernard, alors même que leur c?ur cessait de battre, fait écho au débat sur le suicide assisté. Cela consiste à prendre soi-même des médicaments préparés par un médecin et qui conduisent, à coup sûr, à une mort sans douleur. La question revient régulièrement dans l'actualité et, lors de la dernière campagne présidentielle, « la fin de vie dans la dignité » figurait parmi les grands engagements sociétaux du candidat François Hollande.

Interdiction formelle en France

Le rapport du professeur Sicard, très attendu en décembre dernier, rejetait catégoriquement l'euthanasie, mais ouvrait une discrète porte à l'assistance au suicide. Le Conseil d'éthique a toutefois écarté cette deuxième option, qui reste donc illégale. Que faire, alors, lorsqu'un malade ne survit que grâce à des tubes branchés en permanence à un corps en proie à de terribles souffrances? Depuis 2005, la loi Leonetti empêche « l'obstination déraisonnable ». En clair, une sorte d'euthanasie passive : l'arrêt des soins est permis si l'acharnement thérapeutique est établi.

Ailleurs, en Europe

Pionniers, les Pays-Bas ont dépénalisé le suicide assisté en 2001. Comme dans les cas d'euthanasie, les médecins accompagnant le suicide d'un malade ne sont pas poursuivis par la justice. Ils doivent, en revanche, s'assurer de plusieurs critères très précis : le patient formule une demande volontaire et réfléchie, ses souffrances physiques sont reconnues comme insupportables, sans perspective d'amélioration, et il doit être convaincu, à l'instar de son soignant, qu'il n'existe aucune alternative. En Suisse, aussi, la loi laisse la possibilité de réclamer une aide pour mourir. Des associations préparent l'ultime potion à des patients désireux d'en finir, au terme de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant