Double canonisation : Rome envahie de pèlerins

le
0
La place Saint-Pierre, à Rome, à l'occasion de la messe de Pâques, le 20 avril dernier.
La place Saint-Pierre, à Rome, à l'occasion de la messe de Pâques, le 20 avril dernier.

Deux papes décédés portés à la gloire des autels, un pape émérite et un pape en fonction (qui célèbreront la messe ensemble), 1 000 évêques et 6 000 prêtres, 24 chefs d'État ou têtes couronnées, 93 délégations officielles, plus de 800 000 pèlerins, 2 milliards de téléspectateurs dans le monde : l'Église catholique vivra dimanche un happening planétaire de la foi. À 24 heures de la double canonisation de Jean XXIII et Jean-Paul II, la ville éternelle présente un double visage. Les quartiers résidentiels sont étrangement déserts car, profitant du 25 avril, jour férié commémoratif de la libération, la grande majorité des Romains a fui la capitale pour profiter du pont. "Avec les cortèges officiels, on ne pourra pas circuler et, pour assister à la canonisation, il faudrait arriver place Saint-Pierre à 4 heures du matin, déclarait vendredi matin Andrea en prenant le volant. Non merci, je pars à la campagne." En revanche, le centre de la ville, les sept églises que tout catholique se doit de visiter lors d'un pèlerinage à Rome et les abords de la cité du Vatican sont envahis d'une foule joyeuse et pacifique. Toutes les langues et toutes les races sont présentes. Les plus jeunes portent souvent un sac à dos à l'enseigne d'une JMJ : Rio, Toronto, Manille ou Paris. Ce sont les "papa's boy", globe-trotteurs d'un catholicisme juvénile, festif et décomplexé. Beaucoup de personnes plus âgées sont venues en voyage organisé par leur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant