Double canonisation : Jean-Paul II adulé, mais contesté

le
0
Jean-Paul II, ici en avril 2003.
Jean-Paul II, ici en avril 2003.

Jean-Paul II est la star indiscutable de la double canonisation de dimanche. Au box-office des bibelots religieux, ses effigies battent à plate couture celle du "bon pape Jean". Avec 5 trains spéciaux, 58 vols charters et 1 700 bus en provenance de la Pologne, la langue de Chopin a envahi tous les restaurants de la ville éternelle. On pouvait s'y attendre. Jean XXIII n'a régné que cinq ans et il est mort il y a cinquante ans. Rares seront ses contemporains qui assisteront à la cérémonie de dimanche, alors que le souvenir du l'homme qui a contribué à abattre le communisme, l'athlète de Dieu qui a réuni pendant vingt-cinq ans des foules océaniques aux quatre coins de la planète puis offert ses souffrances physiques à Dieu, est présent dans toutes les mémoires.

En associant les deux saints, le pape François a voulu mettre le père du concile Vatican II dans la lumière de l'homme que la foule acclamait "santo subito" dès le jour de ses funérailles. Un souhait partiellement accordé puisque sa cause de béatification n'a pas eu à attendre cinq ans, comme le veut la tradition. Toutefois, malgré cette dévotion populaire, certains contestent la canonisation de Karol Wojtyla.

"Canonisation express"

Décédé en 2012, le cardinal Carlo Maria Martini était une des voix les plus respectées du monde catholique. Révélée la semaine dernière par la presse italienne, sa déposition durant le procès de canonisation de Jean-Paul II a brisé le consensus...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant