Double agression de Colombes : l'aménagement de peine en question

le
0
La double agression de Colombes commise le 7 août dernier relance la question des aménagements de peine. L'accusé, connu pour des vio­lences et des vols en récidive, et une agression sexuelle, bénéficiait d'un régime de semi-liberté.

Un «drame épouvantable», une «agression d'une sauvagerie insupportable», a jugé Manuel Valls au micro de RTL ­mercredi. À l'heure où «les Français, ­évidemment, sont inquiets sur les questions de récidive», la double agression de ­Colombes (Hauts-de-Seine) jette la ­lumière sur la question des aména­gements de peine. Car l'homme accusé d'avoir roué de coups une femme et d'en avoir violé une autre le 7 août vers 22 heures aurait dû à cette heure-là avoir regagné la prison de la Santé, à Paris: ­stagiaire dans la restauration, il béné­ficiait d'un régime de semi-liberté qui lui permettait de rentrer en détention à 21 heures.

Mis en examen mercredi pour «tentative d'homicide volontaire précédée d'une tentative de viol», «viol ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant