Doubl'Ô : nouvelle plainte contre les Caisses d'épargne

le
2
Doubl'Ô : nouvelle plainte contre les Caisses d'épargne
Doubl'Ô : nouvelle plainte contre les Caisses d'épargne

Énième rebondissement dans le feuilleton Doubl'Ô. Spécialisé dans les litiges avec les banques, l'avocat Daniel Richard dépose aujourd'hui une plainte avec constitution de partie civile auprès du doyen des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Paris. Motif ? Le classement sans suite par le parquet de Paris du dossier Doubl'Ô, du nom de ce produit financier commercialisé par les Caisses d'épargne en 2001 et 2002 et promettant un doublement du capital en six ans à près de 267 000 épargnants souscripteurs. Promesse non tenue puisque, à l'arrivée, la plupart se sont retrouvés avec des économies amputées de divers frais d'entrée et de gestion.

Un scandale d'autant plus important que Doubl'Ô, avec sa publicité alléchante (« placement haute performance », « capital doublé en six ans et en toute sérénité »...), avait drainé 2,13 Mds¤, chaque épargnant ayant en moyenne investi 8 000 ¤. Ces dernières années et à plusieurs reprises, la justice donna gain de cause à ces clients échaudés. En septembre 2013, la Cour d'Appel de Lyon a confirmé un jugement du tribunal correctionnel de Saint-Etienne, condamnant la Caisse d'épargne de Loire-Drôme-Ardèche à 100 000 ¤ d'amende pour publicité mensongère. La banque avait décidé d'abandonner tout pourvoi en cassation.

Affaire classée pour cause de fusion-absorbtion

Patatras. Six ans après avoir porté plainte contre X pour publicités mensongères et escroquerie auprès du parquet de Paris dans cette même affaire, l'avocat Daniel Richard vient pourtant d'apprendre que « l'affaire Doubl'Ô a fait l'objet d'un enterrement de première classe ». Le procureur de la République de Paris a classé sans suite la plainte qu'il avait déposée en 2008 et « à laquelle s'étaient joints par la suite de nombreux plaignants », précise l'avocat, s'étonnant du motif de ce classement : la fusion-absorption par le groupe BPCE des Caisses d'épargne et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3155433 le vendredi 2 jan 2015 à 10:17

    La France est mal placé en "indice de democratie" a 7,7/10 alors que les meilleurs pays ont 9,8. Le peuple n'a pas trop le droit a la parole et n'a pas beaucoup de pouvoir , malgré le beau discours et l'enfumage des politiciens ,ou chaque phrase contient un mensonge . On est classé en "democratie imparfaite " !!! Belles tromperies des politiciens qui veulent garder leur oligarchie

  • titresyl le vendredi 2 jan 2015 à 09:16

    moi j'avais tout pour gagner un procès contre les caisses d'épargne je me suis fait condamné par les juges ..... la justice est aux mains des banques et des financiers.