Dossier syrien : Poutine contre toutes pressions

le
0
Le président russe dîne vendredi avec François Hollande à l'issue d'une tournée européenne entamée en Biélorussie.

Si la diplomatie est affaire de symboles, sans doute faut-il voir dans la mini-tournée européenne que Vladimir Poutine a entamée jeudi le peu de considération que le nouveau président russe témoigne, en pleine crise syrienne, à l'égard des membres de l'Union européenne. Pour son premier séjour à l'étranger depuis son investiture, le chef du Kremlin a choisi la Biélorussie, dirigée par l'autocrate Alexandre Loukachenko, et dont la plupart des hauts dirigeants, interdits de séjour sur le territoire européen, font l'objet de sanctions de l'UE.

Vendredi, il est allé à Berlin pour rencontrer la chancelière Angela Merkel. Tous deux se sont prononcés en faveur d'une «solution politique» en Syrie. «Cela demande un certain professionnalisme et de la patience», a jugé Vladimir Poutine, qui a par ailleurs catégoriquement démenti toute livraison par son pays d'armes utilisables «dans une guerre civile» en Syrie.

Après sa visite en Allemagne, le président russe se rend

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant