Dossier médical personnel : un demi-milliard pour rien

le
11
Dossier médical personnel : un demi-milliard pour rien
Dossier médical personnel : un demi-milliard pour rien

Un monstre qui accouche d'une souris. Présenté lors de son lancement en 2004 comme une révolution et mis en place depuis 2011, le DMP, le dossier médical personnel, était censé regrouper en un seul document informatisé toutes les informations de santé d'un malade, accessibles à toutes les professions sanitaires, du médecin traitant à l'hôpital. Aujourd'hui, l'heure est au bilan. Et il ne fait aucun doute que le DMP est un fiasco : à peine 400000 dossiers créés sur les 5 millions prévus (lire ci-contre). En raison notamment de l'attachement des patients à la protection de leur vie individuelle. Les concepteurs ont estimé que ces derniers étaient les seuls à pouvoir décider quelles informations devaient figurer dans leur dossier

Mais le monstre technocratique a aussi un coût. Et il s'avère gigantesque. Selon un document interne du Conseil national de la qualité et de la coordination des soins, chargé d'arbitrer les financements destinés à l'amélioration de la médecine de ville, 500 M? ont été versés depuis 2004. Ces fonds proviennent en grande partie de l'assurance maladie.

C'est la première fois qu'un document officiel mentionne le chiffre exact du financement du DMP. Dans un rapport publié en 2013, la Cour des comptes était parvenue à une somme de 210 M?. Mais les magistrats avaient estimé que « l'absence de suivi financier précis et l'impossibilité de consolider le montant des fonds publics considérables consacrés sont gravement préjudiciables à l'appréciation de son coût réel ». Les enquêteurs de la Cour avaient alors évalué d'eux-mêmes, sans preuves, que le coût du DMP pouvait dépasser les 500 M?. Le document que nous avons pu consulter tend donc à leur donner raison. Mais il est toujours difficile de savoir à quoi exactement a été consacré cet argent. La Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) a toujours refusé de s'exprimer sur le sujet, préférant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gustav10 le samedi 4 jan 2014 à 13:21

    L'argent n'a pas été perdu pour tout le monde, y compris les élus, syndicats et autres personnes moralement au dessus de tout soupçon ! Pour rappel un ministre du budget, au dessus de tout soupçon, n'avait pas hésité à mentir devant l'assemblée nationales.

  • M6695204 le samedi 4 jan 2014 à 12:36

    Tous ceux qui sont opposé à cette carte sont les mêmes qui ferons des procès aux médecins qui n'arriverons pas à faire de miracle faute d'infos sur leur état de santé et leurs antécédents médicaux .Exact reflet de notre époque de la société Française et de ceux qui font semblant de la gouverner.Mais n'as t’ont pas les responsables que l'on mérite?

  • frk987 le samedi 4 jan 2014 à 11:56

    En fait ce n'est pas une carte vitale avec puce qu'il faudrait mais une clé USB codée, mais avant que les fonctionnaires comprennent cette évidence faudra attendre 10 ou 20 ans.

  • frk987 le samedi 4 jan 2014 à 11:54

    Bien évidemment que la puce de la carte vitale offrirait un intérêt pour avoir le minimum d'info médicales, mais ne rêvons pas, ce serait un manque à gagner phénoménal pour les labos et autres établissements d'examens. Certes il aurait fallu prévoir une puce super contenance, mais le jeu en vaudrait vraiment la chandelle.

  • M5441845 le samedi 4 jan 2014 à 11:36

    donc et pas dont (désolé)

  • M5441845 le samedi 4 jan 2014 à 11:35

    La procédure est trop compliquée d'utilisation. Une carte spéciale, un code (que tous les médecins ne l'ont pas reçu parce que la société fait mal son travail). Les médecins ne sont pas des ingénieurs en informatique. En outre beaucoup de médecins ont leur propre dossier informatisé. Il aurait été simple de mettre le dossier médical dans la puce de carte vitale...C'était simple dont on ne l'a pas fait

  • LeRaleur le samedi 4 jan 2014 à 11:06

    frk +1 Au départ c'était une bonne idée qui s'est heurtée à l'individualisme. Un peu comme Monéo qui au départ était une idée géniale.

  • frk987 le samedi 4 jan 2014 à 10:41

    Je trouve inadmissible que toute personne n'ait pas un dossier médical centralisé au niveau national et consultable par n'importe quel professionnel de la santé. Quant au secret médical, laissez moi rire, que vous ayez telle ou telle maladie, mis à part vous même ou votre famille tout le monde s'en fiche. Cela éviterait de passer des examens en double, en triple.....perso 3 ECG normaux par 3 praticiens en 24 h , le vrai n'importe quoi pour la SS.

  • mucius le samedi 4 jan 2014 à 10:31

    Il y a de nombreuses "innovations" de type DMP sur lesquelles "travaillent" les fonctionnaires en ce moment : ils ont tant besoin d'occupation! Ils ont également bien d'autres projets pour votre plus grand bien. Et en plus ils n'ont aucun compte à vous rendre (voir CNAM). Pourquoi se priveraient-ils? les Français sont des boeufs respectueux de leur maître : l'Etat.

  • M8477299 le samedi 4 jan 2014 à 10:18

    stop loss ;tout le monde de rappelle ce qui est arrivé au projet plus modeste (et plus utile pourtant )du carnet de sante .le dispositif dmp est en plus lourd fait perdre du temps aux medecins (temps de connexion securisations diverses necessité d'un materiel informatique en toute circonstance donc totalement inadapté à l exercice sur le terrain ) le dmp est peu fiable pour le professionnel (on peut y oublier des choses importantes) il ya le risque des hackers et autres societes commerciales ;