Dossier grec et croissance américaine : les marchés dans le rouge

le
2

Les marchés européens n'ont cessé de creuser leurs pertes au cours de la seconde moitié de la séance de vendredi.
Les marchés européens n'ont cessé de creuser leurs pertes au cours de la seconde moitié de la séance de vendredi.

Il y a un mois, la première estimation de la croissance américaine lors du premier trimestre 2015 était déjà décevante, en hausse très modérée de 0,2%. La seconde estimation publiée vendredi 29 mai accentue cette déception, avec un PIB désormais estimé en baisse de 0,7% en rythme annualisé.

Pour la troisième fois depuis sa sortie de récession en 2009, l’économie américaine a connu une contraction conjoncturelle d’activité. Selon la dernière estimation du Département du commerce, le PIB américain a reculé de 0,7 % en rythme annualisé au premier trimestre, au lieu d’une croissance de 0,2% estimée précédemment.

Parmi les principales variables expliquant cette révision en baisse du PIB : un déficit commercial plus important que prévu, une accumulation des stocks également inférieure aux attentes, et des dépenses de consommation des ménages légèrement moins importantes que ce qui avait été envisagé.

Lire l’article détaillé : « Coup d'arrêt pour la croissance américaine au premier trimestre » (AFP)

Marchés dans le rouge

Dès l’ouverture des marchés américains, les principaux indices s’affichaient en légère baisse, pénalisés une nouvelle fois par le sentiment d’impasse sur le dossier grec.

L’annonce de la révision en baisse du PIB a participé à un creusement toutefois mesuré des pertes sur les indices américains, le Dow Jones passant temporairement sous les 18.000 points (-1%) tandis que le S&P500 et le Nasdaq suivaient une trajectoire similaire.

L’AFP relevait en cours de journée que la mauvaise nouvelle restait plutôt bien digérée par les investisseurs, qui ne semblaient pas s’inquiéter outre mesure de cette contraction d’activité, toujours principalement attribuée à un hiver rigoureux n’ayant pas permis à l’économie américaine de tourner au maximum de ses capacités.

Du côté des indices européens, le pessimisme a nettement dominé dans les derniers échanges, mais la raison de la baisse était a priori moins due au chiffre du PIB américain qu’au répétitif dossier grec. « Le pays doit effectuer un remboursement au FMI vendredi prochain, et a fait planer le suspense sur sa capacité à l'honorer » résumait l’AFP en fin de séance.

Le CAC40 a perdu 2,53% et le Dax30 allemand 2,26%, signant les plus mauvaises performances des indices européens. L’Athex grec, qui clôturait à 16h, limitait ses pertes à 1,44%.

X. B.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • coche123 le vendredi 29 mai 2015 à 19:29

    erreur @nanard : faire baisser les bourses européennes. La bourse US elle s'en fout.

  • nanard83 le vendredi 29 mai 2015 à 18:45

    En somme ,, la déclaration récente de la dame des US ( je ne sais plus son nom ni sa fonction )sur la future hausse des taux américains suite à la surchauffe de l'économie , n'avait qu'un but : faire baisser la bourse !!