Dortmund allonge Tottenham

le
0
Dortmund allonge Tottenham
Dortmund allonge Tottenham

Dans un match à sens unique, le Borussia Dortmund a pris plus qu'une option face à un Tottenham bis (3-0). Les Anglais vont pouvoir penser au championnat d'Angleterre. Les Allemands visent l'Europe.

Borussia Dortmund 3 - 0 Tottenham

Buts : Aubameyang (30e) et Reus (61e, 70e) pour le Borussia

Il est là, le charme de la Ligue Europa. Un duel de dauphins dans leurs championnats respectifs. Un Signal Iduna Park bouillant. Un Aubameyang et un Reus. Mais aussi pas de Kane ni de Lamela, pour une composition de League Cup de la part de Pochettino qui, du coup, repart à Londres avec une belle valise. Face à des Anglais un peu trop snob pour la compétition, le Borussia Dortmund a montré à la petite coupe d'Europe qu'il compte bien la conquérir. Au vu du match livré ce jeudi soir, il va falloir s'accrocher pour détourner les Allemands de leur target. Pierre-Emerick est Aubameyang est trop beau, Marco Reus trop fort. Et les Spurs ont les fesses trop rouges pour ne pas être déjà éliminés.

Tottenham en cours de solfège, le Borussia en maestro


Au milieu d'une composition remaniée, Eriksen est toujours présent pour donner le la, d'une frappe dans les bras du dinosaure Weidenfeller, 14 saisons sous le maillot jaune et noir. Derrière, Tottenham dicte le tempo pendant quelques minutes. Le temps pour Dortmund de répéter ses gammes. Et une fois que le collectif du Borussia a accordé ses violons, ce n'est pas pour pisser dedans. Les joueurs de Tuchel infligent un récital à la défense des Spurs, d'un jeu souvent varié et toujours plaisant. Reus glisse, Mkhitryan allume un Lloris aérien, Durm est omniprésent à défaut de justesse. Le geste juste, Aubameyang va l'avoir pour la 33e fois de la saison. Sur un premier centre de Schmelzer, qu'il a lui-même décalé, PEA tente un reprise compliquée mais pas loin d'être réussie. Le second envoi est le bon. Il atterrit sur la tête d'un Aubam' à la détente de basketteur pour déposer le ballon au ras du poteau de Lloris. Imparable, évident et tellement facile. En face, Joshua Onomah, 18 ans, et le seul à proposer quelque chose. Forcément, c'est léger pour faire face au mur jaune.

Mur jaune et buts en or


En bas du mur, il y a deux poteaux. Dès le retour des vestiaires, Castro touche le gauche après un piqué délicieux d'Aubameyang. Comme un préliminaire à l'extase que vont connaître les supporters par…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant