Dopage: " Tolérance zéro " pour le CIO

le
0
Dopage: " Tolérance zéro " pour le CIO
Dopage: " Tolérance zéro " pour le CIO

Au dernier jour de la session du CIO à Kuala Lumpur, lundi, le président du CIO, Thomas Bach, s'est exprimé à propos des " allégations " de dopage concernant les athlètes russes et kenyans, déclarant que l'instance olympique ne ferait preuve d'aucune indulgence en cas de fait avéré concernant les JO.

« S'il y avait des cas concernant des résultats aux jeux Olympiques, le CIO appliquerait le principe de tolérance zéro », a déclaré Thomas Bach. Après les nouvelles accusations de dopage dans l'athlétisme lancées dans un programme de la télévision allemande, le président du comité olympique a cependant tenu à rappeler qu’aucune preuve formelle n’avait été présentée à ce jour : « Mais pour le moment il n'y a rien de plus que des allégations et nous devons respecter la présomption d'innocence. Peu avant, le président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Lamine Diack, membre honoraire du CIO, avait mis en garde contre « une volonté de redistribution de médailles » préconisant d’être prudent. Selon une analyse présentée par la chaîne allemande ARD et le journal anglais Sunday Times d'une base de données de 12 000 échantillons sanguins détenue par l'IAAF, sur 5 000 athlètes testés entre 2001 et 2012, 800 présenteraient des valeurs sanguines « suspectes ou hautement suspectes ». Sur les 146 médaillés mondiaux ou olympiques de 2001 à 2012, du 800m au marathon, un tiers présenterait des valeurs suspectes. La veille, l'Agence mondiale antidopage s'était dit « très inquiète » après les nouveaux éléments dévoilés par ARD sur le dopage dans l'athlétisme, notamment en Russie et au Kenya.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant