Dopage : quand le CIO voulait suspendre un mort

le
0
Le Russe Besik Kudukhov (en bleu), lors de sa demi-finale victorieuse face au Nord-Coréen Ri Jong Myong, le 11 août 2012.
Le Russe Besik Kudukhov (en bleu), lors de sa demi-finale victorieuse face au Nord-Coréen Ri Jong Myong, le 11 août 2012.

Ignorant son décès, le Comité international olympique avait entamé des poursuites disciplinaires à l’encontre d’un lutteur russe.

L’histoire est ubuesque. Convaincu de dopage plusieurs années après sa médaille d’argent gagnée de manière illicite aux Jeux olympiques de Londres, le 11 août 2012, le lutteur russe Besik Kudukhov va conserver sa récompense. Dans un communiqué en date du jeudi 27 octobre, le CIO a annoncé avoir « classé » les « poursuites disciplinaires » à son encontre. Mais le sportif n’aura pas le loisir de s’en réjouir. Pour la simple et bonne raison qu’il est mort depuis trois ans, le 29 décembre 2013, à l’âge de 27 ans, dans un accident de voiture (comme en atteste cette dépêche Reuters).

Dans son texte du 27 octobre, le CIO révèle également des sanctions à l’égard de huit athlètes ayant participé aux Jeux de Londres, dont trois médaillées d’or kazakhes en haltérophilie. Une énième étape dans la stratégie de communication de l’instance, qui entend montrer sa fermeté pour la « protection des athlètes propres » et la « lutte contre le dopage », définies comme des « top priorités ». La veille, mercredi 26 octobre, le comité avait annoncé sanctionner six athlètes médaillés lors des Jeux de Pékin, en 2008.

Le CIO a fait savoir pour la première fois en 2015 qu’il avait entamé des réanalyses d’échantillons conservés après les Jeux de Pékin et de Londres. L’objectif est alors clair : montrer que les tricheurs peuvent être pris dans les mailles du filet, même plusieurs années après. Afficher une « tolérance zéro ». Au début de l’année 2016, l’institution présidée par l’Allemand Thomas Bach...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant