Dopage-La Russie, le Kenya et le Mexique dans le viseur du CIO

le
0
 (Actualisé avec détails, contexte, citations §4-11) 
    LAUSANNE, 1er juin (Reuters) - Les athlètes russes, 
mexicains et kényans feront l'objet d'une attention toute 
particulière dans les contrôles antidopage prévus avant le début 
des Jeux olympiques de Rio en raison des pratiques dans ces 
pays, a indiqué le Comité international olympique mercredi. 
    "Une attention particulière sera portée aux pays dont les 
programmes de contrôle (antidopage) ne sont pas conformes - le 
Kenya, la Russie et le Mexique", précise le CIO dans un 
communiqué. 
    Le Bureau exécutif de l'organisation internationale s'est 
réuni mercredi pour discuter de son programme de tests 
antidopage pendant la période pré-olympique. 
    Le CIO a également annoncé qu'il avait doublé le budget 
alloué aux tests pré-olympiques qui passe de 500.000 à un 
million de dollars. 
    Seront particulièrement concernés par ces contrôles les 
sports que l'Agence mondiale antidopage (AMA) juge les plus 
touchés par les pratiques illicites. 
    D'autre part, de nouveaux tests sur des échantillons 
collectés lors des Jeux de Pékin en 2008 et ceux de Londres en 
2012 vont être conduits. Les premiers tests a posteriori ont 
permis d'établir plus de 50 résultats positifs. 
    La Russie, qui est impliquée dans un scandale de grande 
ampleur, a vu ses athlètes suspendus le temps de l'enquête. Plus 
de 20 athlètes russes ont été déclarés positifs par les tests a 
posteriori menés sur les échantillons de Pékin et de Londres. 
    Le Kenya et le Mexique se voient, eux, reprocher de ne pas 
avoir mis leurs programmes antidopage en conformité avec les 
demandes de l'AMA. 
    "Nous voulons nous assurer que tout athlète qui sera l'objet 
d'un contrôle positif ne pourra pas participer aux compétitions 
à Rio", a déclaré Mark Adams, porte-parole du CIO. 
    La Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) doit 
décider le 17 juin si la Russie a suffisamment fait le ménage 
dans ses pratiques illicites pour que les athlètes russes soient 
autorisés à participer aux Jeux de Rio en août. 
    Le CIO a prévu une réunion quatre jours après cette décision 
pour évaluer la situation. 
         
 
 (Karolos Grohman; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant