Dopage: l'Usada publie un dossier à charge contre Lance Armstrong

le
0
L'AGENCE ANTIDOPAGE AMÉRICAINE PUBLIE UN DOSSIER À CHARGE CONTRE LANCE ARMSTRONG
L'AGENCE ANTIDOPAGE AMÉRICAINE PUBLIE UN DOSSIER À CHARGE CONTRE LANCE ARMSTRONG

par Julian Linden

NEW YORK (Reuters) - Lance Armstrong a triché pour parvenir au sommet du cyclisme mondial par le biais d'un programme de dopage mis en place au sein de son ancienne équipe, le plus perfectionné de l'histoire du sport, selon l'Agence américaine antidopage (Usada), qui a dévoilé mercredi son rapport à charge contre le Texan.

L'instance a annoncé qu'elle transmettait ce dossier de plus de 1.000 pages à l'Union cycliste internationale (UCI), à l'Agence mondiale antidopage (Ama) et à la Fédération internationale de triathlon (WTC), sport que pratique aujourd'hui Armstrong.

Pat McQuaid, président de l'UCI, a dit à Reuters ne pas avoir encore reçu ce document, qui a conduit en août l'Usada à suspendre Lance Armstrong à vie et à le priver de tous ses titres depuis 1998, dont ses sept Tours de France.

Ce document contient notamment les témoignages sous serment de 26 personnes, dont 15 coureurs. Parmi eux figurent George Hincapie, capitaine de route de l'équipe de Lance Armstrong de 1999 à 2005, et Michael Barry, qui ont tous deux avoué mercredi s'être dopés lorsqu'ils côtoyaient le Texan.

"Les preuves montrent, sans le moindre doute, que l'US Postal a mis en place le programme de dopage le plus perfectionné, le plus professionnel et le plus efficace jamais vu dans le sport", dit l'Usada dans un communiqué signé par son patron, Travis Tygart.

"Parmi les preuves dont nous disposons figurent des documents tels que des relevés de paiements, des courriers électroniques, des données scientifiques et des résultats de tests de laboratoire, qui démontrent l'usage, la possession et la redistribution de produits dopants par Lance Armstrong."

"(Les preuves) confirment la désolante vérité au sujet des activités trompeuses de l'US Postal, une équipe qui a reçu des dizaines de millions de dollars de la part des contribuables américains", ajoute l'Usada.

"LOI DU SILENCE BRISÉE"

Lance Armstrong a toujours nié s'être dopé mais a renoncé en août à contester les accusations portées à son encontre, ce qui a accéléré la procédure de l'Usada. L'UCI doit encore se prononcer sur l'affaire.

Les avocats de Lance Armstrong ont mis en cause à plusieurs reprises la légitimité de l'Usada et comparé l'affaire à une "chasse aux sorcières" orchestrée par un "tribunal de pacotille".

"L'Usada continue d'exercer des pressions et de fabriquer des preuves d'autres coureurs sous la menace et en échange de traitements de faveur", a récemment écrit Timothy J. Herman, avocat du Texan, dans un courrier adressé à l'Usada.

"Cette décision motivée sera une mascarade."

Selon l'Usada, le dossier a été alimenté par le témoignage de onze anciens coéquipiers de Lance Armstrong. Certains avaient publiquement dénoncé les pratiques de leur équipe mais l'Usada dévoile pour la première fois leur identité.

Sont nommément cités Frankie Andreu, Michael Barry, Tom Danielson, Tyler Hamilton, George Hincapie, Floyd Landis, Levi Leipheimer, Stephen Swart, Christian Vande Velde, Jonathan Vaughters et David Zabriskie.

"Les preuves indiquent que la "loi du silence" a été brisée, mais il y a encore du chemin à faire", peut-on lire dans le communiqué de l'agence américaine.

"Il a fallu un courage immense aux coureurs de l'US Postal et aux autres pour se présenter et dire la vérité. Ce n'est pas évident de reconnaître ses erreurs et d'accepter sa sanction", dit Travis Tygart.

"Mais c'est ce que ces coureurs ont fait, et ils l'ont fait pour le bien de leur sport et pour les jeunes cyclistes qui espèrent atteindre leurs rêves sans jamais avoir recours à des pratiques ou des produits dopants", ajoute le patron de l'Usada.

George Hincapie a reconnu mercredi s'être dopé durant sa carrière et il a déclaré à l'Usada qu'il n'était pas le seul au sein de son équipe.

"Il m'aurait été bien plus aisé de ne parler que de moi mais j'ai réalisé que je devais dire la vérité sur tout ce que je savais. Et c'est ce que j'ai fait", déclare Hincapie.

Le Canadien Michael Barry affirme pour sa part qu'il a subi des pressions de son équipe avant de se doper.

L'UCI s'était montrée très critique vis-à-vis de l'Usada pour la lenteur de l'envoi du dossier. L'organe dirigeant du cyclisme mondial peut faire appel des sanctions infligées à Lance Armstrong.

Simon Carraud pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant