Dopage : l'athlète Quentin Bigot suspendu quatre ans dont deux ferme

le
0
Dopage : l'athlète Quentin Bigot suspendu quatre ans dont deux ferme
Dopage : l'athlète Quentin Bigot suspendu quatre ans dont deux ferme

Le couperet est tombé. Contrôlé positif à un stéroïde anabolisant en juin, Quentin Bigot a été suspendu quatre ans, dont deux avec sursis, par la commission de discipline de la Fédération française. La sanction, annoncée jeudi par le président de la Fédération Française d'Athlétisme (FFA) Bernard Amsalem, est à la hauteur de l'émoi suscité au niveau fédéral.

«Les faits sont extrêmement graves et choquants. Avec le DTN (Ghani Yalouz), on a ressenti une sorte de trahison. A la Fédération, cela a produit un trouble et une énorme déception», a commenté Bernard Amsalem.

Le lanceur de marteau de 21 ans, ne fera pas appel. «C'était un moment de faiblesse, avoue-t-il. J'avais cette blessure aux ischios qui m'embêtait depuis deux mois, et la saison commençait à m'échapper. Je n'ai trouvé que cette solution pour cicatriser plus vite. Mais je ne me cherche pas d'excuse, j'assume les conséquences de mes actes.»

La France perd sa médaille de bronze

Avec ce contrôle positif, la France perd sa médaille de bronze au Championnat d'Europe par équipes.

«Je ne m'excuserai jamais assez auprès de mes collègues de l'équipe de France. Je vais d'ailleurs leur envoyer une lettre personnelle», explique Bigot, qui a décidé de s'engager dans la lutte contre le dopage : «Je veux que mon expérience serve aux autres jeunes athlètes. Je me battrai contre le dopage.»

En Allemagne, le Lorrain avait terminé deuxième de sa discipline avec un lancer à 76,15 mètres. Or, c'est précisément la veille de ce résultat qu'il avait été contrôlé positif à un produit de la catégorie des stéroïdes anabolisants. Le faux-pas de Bigot, qui n'a pas demandé la contre-expertise, coûtera vraisemblablement à l'équipe de France sa place sur le podium en Allemagne.

L'entraîneur Raphaël Piolanti mis en examen

Le manageur national des lancers à la Fédération française, Raphaël Piolanti, a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant