Dopage : L'AMA a du mal à croire Sharapova

le
0

Contrôlée à une substance interdite, le Meldonium, lors du dernier Open d'Australie, Maria Sharapova affirme qu'elle ne savait pas que le produit avait été ajouté à la liste des substances prohibées depuis janvier. L'Agence mondiale antidopage estime que la Russe pouvait difficilement ne pas être au courant.

La ligne de défense de Maria Sharapova, l'AMA n'y croit pas. C'est ce qu'affirme le très sérieux quotidien anglais The Telegraph. L'Agence mondiale antidopage n'aurait pas seulement mis à jour la liste des produits interdits, elle aurait prévenu les athlètes concernés à plusieurs reprises entre le 3 et le 29 décembre. Des allégations qui pourraient radicalement changer la donne dans cette affaire. Dick Pound, le président de l'AMA, a confirmé : « Tous les joueurs de tennis ont été prévenus. Et elle doit bien avoir un staff médical dont c'est le métier de contrôler tout ça ». Une déclaration qui vient semer le doute.

Lundi lors d'une conférence de presse à Los Angeles, Maria Sharapova a estimé qu'elle était responsable de cette maladresse, car elle n'avait pas vérifié la liste des nouveaux produits interdits par l'AMA. Une liste dans laquelle le Meldonium apparait depuis le 1er janvier 2016.

Le Kremlin parle d'un cas isolé, Poutine veut de la transparence

Devant la séisme provoqué par la nouvelle, le Kremlin, qui doit gérer le scandale de présumé dopage généralisé dans l'athlétisme russe, a regretté le contrôle antidopage de Maria Sharapova, mais précise que le cas de la Russe est isolé : « Nous regrettons la situation, mais dans le même temps, cette situation ne devrait pas être projetée sur l'ensemble du sport russe. C'est un cas individuel »

Même Vladimir Poutine a réagi à la nouvelle. Le président russe souhaite que chaque cas de dopage soit traité de « manière aussi transparente que possible et en totale coopération avec les organisations internationales compétentes. »

L'information du Telegraph risque de mettre encore un peu plus en difficulté la Russe. Depuis lundi, les zones d'ombre se multiplient. Maria Sharapova prend du Meldonium depuis 2006, mais la joueuse de 28 ans n'a pas précisé à quelle fréquence. Les questions se succèdent... et cela ne risque pas de dissiper les doutes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant