Dopage: Garmin dément tout arrangement dans le dossier Armstrong

le
0
Dopage: Garmin dément tout arrangement dans le dossier Armstrong
Dopage: Garmin dément tout arrangement dans le dossier Armstrong

SAINT-QUENTIN, Aisne (Reuters) - Le manager de l'équipe Garmin-Sharp, Jonathan Vaughters, a démenti jeudi que lui-même ou ses coureurs aient obtenu une sanction clémente en échange d'un témoignage à charge contre Lance Armstrong, comme le dit la presse néerlandaise.

Selon le quotidien De Telegraaf, Vaughters et plusieurs autres anciens partenaires d'Armstrong se verraient accorder une sanction réduite à six mois s'ils donnent à l'Agence américaine antidopage (USADA) des éléments permettant de confondre le septuple vainqueur du Tour de France dans la procédure en cours.

De Telegraaf cite notamment les noms de Christian Vande Velde et David Zabriskie, tous deux engagés sur le Tour 2012 sous les couleurs de Garmin.

Le manager de Garmin-Sharp, propriété de Slipstream Sports, a démenti ces informations sur son compte Twitter. "Au sujet des informations de la presse néerlandaise: aucune suspension de six mois n'a été prononcée contre un membre de Slipstream Sports. Ni aujourd'hui ni à l'avenir", écrit-il.

Un peu plus tard, à Rouen d'où s'élançait la cinquième étape du Tour de France, il a lu aux journalistes un communiqué de sa formation qualifiant ces informations de "totalement fausses".

Garmin souligne dans le texte qu'elle encourage ses coureurs "à répondre avec honnêteté aux demandes des autorités mais est pour l'heure concentrée sur le Tour".

Prié de dire s'il avait témoigné devant l'autorité américaine de lutte contre le dopage, Jonathan Vaughters a renvoyé vers l'USADA. Sollicités par la presse, ses deux coureurs, Vande Velde et Zabriskie, ont refusé de s'exprimer.

LEIPHEIMER ET HINCAPIE MENTIONNÉS

A la lecture de l'article du Telegraaf, le patron de l'USADA Travis Tygart a réagi par voie de communiqué pour dire qu'aucun cas individuel n'avait encore été réglé.

"Toute tentative de deviner quels seraient les potentiels témoins concernés ne pourra accoucher que d'informations erronées et faire peser sur les personnes nommées une attention inutile, des menaces et intimidations", y dit-il.

Parmi les autres noms mentionnés par De Telegraaf figurent Levi Leipheimer, leader de la formation Omega-Pharma QuickStep, et George Hincapie, coureur de BMC.

Leipheimer a dit aux journalistes "ne pas pouvoir faire de commentaire" et "être là pour faire du vélo".

Hincapie, coéquipier du vainqueur du Tour 2011 Cadel Evans, a lui aussi expliqué qu'il était concentré sur le Tour. "J'ai toujours essayé de faire ce qui était bon pour mon sport, mais j'ai d'autres choses en tête ici", a dit l'Américain. Il a ajouté n'avoir pas parlé avec Armstrong "depuis un moment".

Tous ces coureurs ont côtoyé Lance Armstrong lorsque le Texan écrasait la Grande Boucle. Vaughters a couru avec Armstrong au sein de l'US Postal en 1998 et 1999, année de la première victoire de l'Américain.

Il a pris sa retraite en 2004, avant de lancer sa formation Slipstream, devenue Garmin. Cette équipe se veut exemplaire dans la lutte contre le dopage et l'essentiel du communiqué diffusé jeudi est un plaidoyer en ce sens.

Elle a limogé mercredi Alex Rasmussen, un coureur danois suspendu 18 mois pour avoir enfreint la règlementation de la lutte antidopage lorsqu'il courait pour une autre équipe.

L'USADA a recommandé vendredi dernier à l'unanimité l'ouverture de poursuites contre Lance Armstrong pour usage de produits dopants au cours de sa carrière. Ce dernier réfute toutes les accusations portées contre lui.

L'USADA dit qu'au moins dix personnes, anciens coéquipiers ou collègues d'Armstrong, sont disposées à témoigner à charge.

Ce dernier, qui pourrait être déchu de ses victoires dans le Tour, s'est dit victime d'une chasse aux sorcières.

"Mettons les choses au clair. (l'USADA) leur dit 'dites-nous exactement ce qu'on veut entendre en échange de l'immunité, l'anonymat et la possibilité de participer aux plus grandes courses cyclistes", a-t-il écrit sur son compte Twitter.

"Pour @usantidoping (le compte Twitter de l'USADA, ndlr) il ne s'agit pas seulement de la lutte pour un cyclisme propre -c'est plutôt une bonne vieille procédure qui a des allures de vendetta."

Gilles Le Roc'h, Grégory Blanchier et Mark Meadows, avec Julien Prétot à Paris, édité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant