Dopage : Bénézech accuse et le docteur répond

le
0
Dopage : Bénézech accuse et le docteur répond
Dopage : Bénézech accuse et le docteur répond

Laurent Bénézech est revenu sur son audition au Sénat où il a affirmé sous serment avoir pris de la cortisone durant la Coupe du monde 1995 : « J'ai une conviction forte que sur cette période (Coupe du monde 95), j'ai été traité à la cortisone, a-t-il expliqué à l'AFP. J'ai découvert une certaine euphorie physique, je ne ressentais plus de fatigue. Or ce ressenti me révèle que je l'avais déjà eu à un moment donné précis de ma carrière (en 1999, il est traité à la cortisone pour un décollement rétinien, et fait alors le parallèle avec 1995). Au moment des prises alimentaires, on nous donnait des produits qui étaient censés être des fortifiants et qui me paraissaient moi, à l'époque, naturels. Quand j'ai remis les pièces du puzzle ensemble, je me suis retrouvé avec la conviction forte que sur cette période j'avais été traité à la cortisone, sans en avoir été informé et sans mon accord. »Des accusations graves qui ont fait réagir, le docteur Marc Bichon, médecin du XV tricolore durant ce Mondial sud-africain : « Ma réponse est simple: les allégations de ce monsieur, je les réfute en bloc, clame-t-il. Je n'ai jamais eu de comportement de ce type-là et les instances au-dessus encore plus. Il faut savoir qu'à l'époque, j'appartenais en même temps au ministère des sports en tant que médecin chef du Creps de Toulouse et que j'avais prêté serment pour la lutte contre le dopage. Je ne me vois pas, à l'insu de leur plein gré, fournir de la cortisone à mes petits joueurs. Je suis dégoûté. » Le médecin, grand ami de Pierre Berbizier, alors manager des Bleus, avait quitté son poste après cette Coupe du monde.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant