Dopage : Ballester persiste et signe !

le
0
Dopage : Ballester persiste et signe !
Dopage : Ballester persiste et signe !
Mis en cause par le monde du rugby après la publication d'extraits de son livre " Rugby à charges ", Pierre Ballester s'est défendu ce lundi matin et ne compte pas revenir sur ses accusations.

Invité de RMC ce lundi matin, Pierre Ballester ne s'est pas dégonflé. Quelques jours après la publication d'extraits de son livre « Rugby à charges », où il met en lumière un vaste système de dopage organisé dans le monde du rugby, le journaliste a confirmé ses accusations malgré l'émoi suscité par ses révélations chez les rugbymen depuis une semaine. « Dans les clubs, le dopage est une réalité, on le sait. Il y a des études qui ont été menées en catimini, notamment sur les stéroïdes anabolisants, ce qui fait développer le volume musculaire. Il y a une étude qui a été menée en 2008, à titre expérimental et sans sanction, sur un échantillon de joueurs. Il s'est avéré qu'un joueur sur six avait à l'époque recours à des stéroïdes anabolisants. Si c'est toujours le cas en 2015 ? Il n'y a pas de raison que ça se soit arrêté. »

« Quand un joueur est blessé, on essaie de raccourcir les délais de cicatrisation »

Premier à dénoncer le système de dopage mis en place par Lance Armstrong en 2004, avant que le champion américain ne chute neuf ans plus tard, Pierre Ballester a tenté d'expliquer les raisons du recours à des produits interdits dans le rugby. Pour lui, la violence de l'ovalie est la première cause de dopage. « Il y a énormément de blessés, on essaie de le camoufler tant bien que mal. Environ 25% des effectifs professionnels qui sont à l'infirmerie chaque semaine. C'est énorme. Quand un joueur est blessé, il est dans la vulnérabilité, dans la détresse. Forcément, on essaie de raccourcir les délais de cicatrisation. Et c'est là que l'incitation au dopage peut exister. Et c'est toujours le cas, puisque c'est de plus en plus violent », a glissé Ballester sur RMC ce lundi matin. De nouvelles déclarations qui ne risquent pas de calmer un monde du rugby de plus en plus malmené.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant