Dons de RTT : l'appel au secours de policiers dont la fille est malade entendu

le
0
Dons de RTT : l'appel au secours de policiers dont la fille est malade entendu
Dons de RTT : l'appel au secours de policiers dont la fille est malade entendu

Des policiers alsaciens se battent pour être autorisés à donner des jours de RTT à deux de leurs collègues. Isabelle et Régis, qui résident près de Mulhouse, ont une fille. La petite Charline, 5 ans, est atteinte d'une tumeur cérébrale inopérable. Selon les médecins, il ne lui reste que quelques mois à vivre. Pour permettre à ses parents de rester auprès d'elle, les 450 policiers du Haut-Rhin ont proposé aux parents de leur faire don d'un ou plusieurs jours de RTT. Ce vendredi soir, ils ont été entendus par Marylise Lebranchu.

La ministre de la Fonction publique veut en effet autoriser les employés du public à ce geste de solidarité. Donner des RTT à des collègues dans une telle situation est possible en théorie grâce à une loi votée en avril 2014. Or «cette loi n'est toujours pas applicable dans la fonction publique, car il manque une signature au décret d'application», a expliqué Edouard Martin, le président d'une association créée pour aider les parents. Marylise Lebranchu a annoncé ce vendredi soir sur RTL vouloir remédier à cette situation.

«Nous allons faire passer un texte le 14 avril prochain devant le conseil commun de la fonction publique, et je pense que l'ensemble des employeurs publics et des organisations syndicales seront tout à fait d'accord pour qu'on puisse publier ce décret au mois de mai», a-t-elle assuré.

«On ne veut rien regretter»

«On veut ne rien regretter, on ne veut pas passer nos journées au travail et ne pas profiter d'elle, car elle a douze mois à vivre !», avait confié la mère, Isabelle, interrogée plus tôt dans la journée par RTL. «On est tous un peu en colère» car le décret «pourrait être signé beaucoup plus rapidement», avait renchéri le père, Régis. «C'est un gâchis, car le temps est compté», avait-il ajouté.

Depuis août dernier, les parents sont en arrêt maladie, mais si la situation n'évolue pas, à partir du mois d'août ils perdront une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant