Dons aux associations: les redevables de l'ISF moins généreux cette année

le
0

Le montant des dons à des organisations caritatives effectués par des foyers assujettis à l'ISF a baissé de 9% par rapport à 2015, selon une étude de la fondation des Apprentis d'Auteuil. Cette tendance risque de durer.

Tous les ans, de nombreux contribuables choisissent de réduire leurs impôts en faisant des dons à des associations ou à des causes qui leur sont chères. Les assujettis à l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), qui peuvent déduire jusqu'à 75% de leurs dons, dans la limite de 50.000 euros, saisissent souvent cette opportunité.

»» À lire aussi: Simulez votre ISF pour 2016

Cette année encore, 82% des contribuables payant l'ISF (83% en 2015), ont ainsi réalisé un ou plusieurs dons à une association, une fondation ou une organisation caritative, constate l'étude réalisée par Ipsos, pour la fondation des Apprentis d'Auteuil et portant sur 311 riches contribuables. Et la fréquence de leurs dons (3,9 fois) reste élevée d'une année sur l'autre.

En revanche, les donateurs ont été moins généreux que l'an dernier. Le montant donné a ainsi baissé de 9%, passant de 2519 euros à 2297 euros. «Si le niveau de dons a diminué, c'est probablement parce que l'assise financière des donateurs ISF est moins forte en 2016 qu'elle ne l'était en 2015», explique Philippe Rose, directeur des relations bienfaiteurs et ressources des Apprentis d'Auteuil. La chute des marchés financiers en début d'année et les pertes subies par certains épargnants, auraient notamment bridé les dons.

Du coup, les contribuables ont concentré leur aide sur quelques grands secteurs, comme la santé et la recherche médicale (69%, +5 points), l'aide aux plus démunis (66%, +5 points) et l'enfance et l'éducation (42%, +6 points). En revanche, tous les autres secteurs tels que le handicap, les personnes âgées, la défense des animaux, les droits de l'homme ou encore la culture et l'environnement enregistrent une très légère érosion, souligne l'étude. «Dans cette période économique morose, on note un certain repli vers des organismes auxquels les assujettis ISF ont l'habitude de donner», commente Philippe Rose.

Moins à l'aise financièrement, semble-t-il, les redevables à l'ISF ont aussi quelque peu délaissé cette année l'investissement dans les PME, également source de réduction d'impôt. Seuls 34% d'entre eux ont investi dans les PME alors qu'ils étaient 42% en 2015. Et le montant de leurs concours diminue pour la seconde année consécutive (12.414 euros contre 13.097 euros en 2015).

Les donateurs pourraient être moins généreux à l'avenir

La fondation des Apprentis d'Auteuil craint qu'à l'avenir les Français soient moins généreux. À peine un quart des donateurs sondés (24%) envisagent en effet d'augmenter leurs dons l'an prochain, alors qu'ils étaient 35% en 2015. Et an cas de suppression de l'ISF, comme l'envisagent la majorité des candidats à la primaire de la droite et du centre pour la présidentielle 2017, plus d'un donateur sur quatre (28%) reverrait ses dons à la baisse.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant