Données personnelles : un bouclier émoussé par Yahoo!

le
0
Le logo de la compagnie Yahoo! Image d'illustration.
Le logo de la compagnie Yahoo! Image d'illustration.

Le nouveau scandale qui touche le groupe américain montre qu’en matière de surveillance de masse, les Etats-Unis sont loin d’avoir fait amende honorable.

Promis-juré, on ne les y reprendrait plus : après les révélations du lanceur d’alerte Edward Snowden, en 2013, les Etats-Unis avaient assuré que la surveillance de masse d’Internet mise en place par leurs services de renseignement serait rapidement réformée.

En pratique, le cheminement a été plutôt tortueux : en 2015, Barack Obama signait une loi, le « Freedom Act », qui réformait légèrement les pratiques des services de renseignement – mais qui concernait surtout la protection des citoyens américains.

Ces mêmes Américains peuvent juger sur pièce de la portée de cette réforme : l’agence Reuters a révélé, mardi 4 octobre, que Yahoo!, l’un des principaux fournisseurs d’emails aux Etats-Unis, a mis en place, en 2015, un vaste système interne de surveillance de ses utilisateurs.

En pratique, une demande secrète d’un service de renseignement non identifié a contraint Yahoo! à créer un logiciel surveillant automatiquement l’apparition de certains mots-clefs ou identifiants dans les courriels de ses utilisateurs. Une décision prise, toujours selon Reuters, dans le plus grand secret : même le directeur de la sécurité informatique de l’entreprise n’était pas au courant. Il a démissionné lorsqu’il a découvert, fortuitement, que sa propre entreprise avait mis en place cet outil de surveillance de masse.

Aucune garantie concrète Pourtant, les Etats-Unis ont continué à promettre, de manière toujours plus solennelle, que la surveillance de masse était désormais sous contrôle. Une aff...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant