Données personnelles : le virulent réquisitoire de la CNIL contre Facebook

le
1
La CNIL a listé ce qu'elle estime être des infractions à la loi française sur les données personnelles.
La CNIL a listé ce qu'elle estime être des infractions à la loi française sur les données personnelles.

L’autorité chargée des données personnelles a mis en demeure le réseau social, l’accusant d’enfreindre la loi française.

La Commission nationale informatique et liberté (CNIL), l’autorité chargée de la protection des données personnelles, a annoncé avoir mis en demeure Facebook, lundi 8 février, lui reprochant de nombreux manquements à la loi française sur la protection des données personnelles. Un long réquisitoire, contre la manière dont Facebook collecte et exploite les données de ses 30 millions d’utilisateurs français, que la CNIL a décidé de publier.

Que reproche-t-elle à Facebook ? La liste est longue.

Une charge contre la publicité ciblée La CNIL estime que Facebook combine les données personnelles de ses usagers pour proposer de la publicité ciblée sans aucune base légale. Pour la CNIL, aucun consentement direct n’est donné par l’internaute, contrairement à ce qu’exige la loi française. La question de la combinaison des données personnelles en vue de la publicité est bien évoquée dans les conditions d’utilisation du réseau social, ce texte qui définit ce que peut faire ce dernier avec les données. Pour la CNIL, c’est insuffisant : la combinaison de différentes données n’est pas strictement prévue par ce « contrat » entre l’usager et le réseau social, et nécessite donc une approbation distincte de l’internaute.

La CNIL remarque que Facebook pourrait s’affranchir de ce consentement explicite en arguant, conformément à la loi, que l’affichage de publicité est fait dans l’intérêt de l’usager. Selon la CNIL, cet intérêt est trop faible et la collecte de données trop intrusive pour que ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie il y a 11 mois

    Ce que l'on appelle les réseaux sociaux est une plaie de notre société. Ils apatent les abonnés en se disant gratuit ce qui n'est vrai que directement. Il n'y a rien à payer pour avoir un compte. Mais indirectement ces entreprises encaissent des sommes considérables en rémunération du support publicitaire qu'ils sont. Et le coût de cette publicité est répercuté par l'annonceur dans le prix de vente des produits que nous achetons pour répondre à nos besoins. RIEN N'EST GRATUIT IL FAUT LE SAVOIR