Donetsk : une prison bombardée, une centaine de détenus en cavale

le
0
Donetsk : une prison bombardée, une centaine de détenus en cavale
Donetsk : une prison bombardée, une centaine de détenus en cavale

Une centaine de détenus se sont échappés de force d'une prison à régime sévère du bastion rebelle de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, après que leur bâtiment eut été endommagé par des tirs d'artillerie, selon la mairie.

«Le 10 août au soir, à la suite de bombardements, un obus a touché une zone résidentielle de la colonie pénitentiaire 124 dans le quartier de Kirov. Un prisonnier a été tué et trois autres blessés», raconte la mairie sur son site internet.

«Une émeute a éclaté et 106 personnes ont quitté leur lieu de détention. Dès le matin, une partie d'entre eux sont revenus à l'établissement correctionnel» ajoute-t-elle. Sur place, une journaliste de l'AFP a constaté lundi, que la porte centrale de la prison était ouverte et que des combattants rebelles se trouvaient également sur les lieux pour aider à retrouver les détenus enfuis.

Selon les responsables de la prison, 40 prisonniers restaient introuvables, estimant qu'ils se cachaient dans des bâtiments à proximité. Un porte-parole des rebelles a indiqué que les insurgés étaient venus sécuriser la zone pour empêcher les fuyards de mettre la main sur des armes.

Pénurie d'électricité dans plusieurs quartiers

A la suite des bombardements, un cratère de 50 centimètres de profondeur pouvait être vu dans l'asphalte dans la cour centrale. «Les obus ont également endommagé le bâtiment de l'administration, la station électrique et la zone industrielle (de la prison)», a précisé le maire.

De nombreux transformateurs électriques de la ville ont également été touchés par les obus, provoquant une pénurie d'électricité dans plusieurs quartiers. Un bombardement avait déjà soufflé les vitres d'une maternité, dimanche, dans le centre-ville de Donetsk, principal bastion des insurgés pro-russes victimes de combats depuis plusieurs jours. Il n'y avait pas eu de victime. Les mères et les nouveaux-nés s'étaient réfugiés dans une cave. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant