Donetsk secouée par des explosions, accord sur une zone tampon

le
0

DONETSK, Ukraine, 20 septembre (Reuters) - Plusieurs explosions ont retenti samedi à Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, alors même que les forces gouvernementales ukrainiennes et les séparatistes pro-russes s'apprêtent à créer une zone tampon censée favoriser le respect d'un cessez-le-feu officiellement en vigueur depuis le 5 septembre. Un journaliste de Reuters présent à Donetsk a entendu plusieurs fortes détonations dans la matinée. Une usine de fabrication de munitions et d'explosifs industriels a été touchée, ont dit les autorités municipales. Des explosions ont aussi retenti en provenance de l'aéroport international, que les forces gouvernementales continuent de tenir. Un militaire ukrainien est mort et plusieurs autres ont été blessés dans des violences survenues au cours de la nuit, a dit un responsable militaire. Quelques heures plus tôt, un accord en neuf points a été signé à Minsk, capitale de la Biélorussie, par les séparatistes et des représentants de l'Ukraine et de la Russie. "Selon le texte de ce mémorandum, chaque partie doit retirer ses armements et ses équipements lourds à partir d'aujourd'hui", a déclaré Volodimir Poliovi, du conseil de défense et de sécurité national ukrainien. Selon l'ancien président ukrainien Léonid Koutchma, qui représente Kiev au sein du "groupe de contact" réuni à Minsk, les deux camps ont accepté de redéployer leurs pièces d'artillerie à 15 km de la ligne de front pour créer une zone tampon de 30 km. "L'artillerie lourde sera déplacée à 15 km de la ligne de front", a-t-il déclaré à l'issue de plusieurs heures de discussions. Cette zone tampon, a-t-il précisé, sera surveillée par des observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui est représentée au sein de ce groupe de contact. La trêve a été violée à de multiples reprises depuis son entrée en vigueur et l'Ukraine accuse Moscou de continuer à prêter main forte aux séparatistes en leur fournissant des hommes et du matériel, ce que la Russie dément vigoureusement. Un nouveau convoi humanitaire en provenance de Russie, composé d'environ 250 camions, est arrivé à la périphérie de Donetsk. Les autorités ukrainiennes affirment qu'il a franchi la frontière sans leur autorisation, ce qui constitue une violation du droit international. Deux chauffeurs de camion ont dit que le convoi transportait 2.000 tonnes de cargaison comprenant de la farine, des conserves de viande et de poisson et des groupes électrogènes. (Avec Natalia Zinets, Andrei Makhovsky à Minsk; Jean-Philippe Lefief et Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant