Donecle inspecte en un éclair les avions impactés par la foudre

le
0

TOULOUSE (Reuters) - La start-up toulousaine Donecle a mis au point une technologie d'inspection rapide des avions impactés par la foudre grâce à des essaims de drones autonomes qui permettrait aux compagnies d'économiser des centaines de millions d'euros par an.

Ce système breveté devrait selon les dirigeants de la société déboucher sur la signature d'au moins trois contrats avec des compagnies européennes d'ici la fin de l'année.

Créée l'an dernier, la société espère après seulement huit mois d'existence "révolutionner" le secteur de la maintenance visuelle des avions, un marché mondial évalué à 6 milliards d'euros et sur lequel Donecle compte prendre ses marques grâce à sa solution "automatisée ultra-rapide" et "économique".

"Les compagnies aériennes doivent régulièrement inspecter chacun des 27.000 avions de ligne qui circulent dans le monde. Ces inspections, planifiées ou conduites après un impact foudre, mobilisent 15 à 20 personnes et durent en moyenne huit heures", explique Yann Bruner, président de Donecle.

"Sachant qu'une heure d'immobilisation au sol coûte environ 10.000 dollars, cela représente une perte par avion de 80.000 dollars, soit 2 milliards de dollars par an pour les compagnies", ajoute cet ingénieur qui a travaillé dix ans au bureau d'études d'Airbus sur les programmes A400M et A350.

La technologie mise au point par Donecle garantit l'inspection visuelle d'un avion entier "en vingt minutes seulement" et ne requiert qu'un seul opérateur.

Cette solution brevetée utilise un essaim de drones autonomes équipés de caméras qui scannent les grandes structures et détectent en temps réel des éventuels impacts ou défauts sur la carlingue de l'appareil.

"Notre technologie laser permet aux drones de se positionner avec une précision centimétrique, en extérieur comme en intérieur, sans signal GPS. Comme ils sont autonomes, nos clients, compagnies ou centres de maintenance peuvent opérer eux-mêmes l'inspection des appareils", poursuit Yann Bruner.

Le système Donecle, en démonstration sur plusieurs avions depuis début 2016, devrait être déployé par trois à quatre compagnies européennes d'ici la fin de l'année.

Les premières séries, fabriquées par des constructeurs de drones français, devraient être livrées en juin à Toulouse où elles seront assemblées.

Dans le même temps, la start-up prépare une levée de fonds d'1,5 million d'euros auprès de fonds d'investissement privés pour financer son développement commercial et technologique.

"Nous voulons dans un premier temps développer notre marque de fabrique sur l'aérien car c'est un secteur très exigeant en matière de sécurité. Au-delà de l'impact foudre, notre système peut servir à la détection de l'érosion, de la corrosion, de défauts de peinture. Il peut aussi intéresser d'autres marchés en pleine croissance comme l'éolien", précise Yann Bruner.

(Johanna Decorse, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant