Donald Trump visite la Louisiane, victime des inondations

le
0
DONALD TRUMP VISITE LA LOUISIANE INONDÉE
DONALD TRUMP VISITE LA LOUISIANE INONDÉE

par Bryn Stole

BATON-ROUGE, Louisiane (Reuters) - Le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine Donald Trump s'est rendu vendredi en Louisiane, ravagée par les inondations le week-end dernier, malgré les appels du gouverneur de l'Etat aux politiques à ne pas s'arrêter dans les zones touchées par le déluge.

Barack Obama a lui aussi fait connaître son intention de venir se rendre compte des dégâts causés par les trombes d'eau qui ont causé la mort de 13 personnes et endommagé plus de 40.000 habitations. Le président démocrate est attendu mardi à Bâton-Rouge, la capitale de la Louisiane.

Vendredi, le convoi motorisé de Donald Trump s'est rendu à Greenwell Springs Baptist Church, un secteur durement touché de la paroisse de Bâton-Rouge Est.

"Ça va aller", a déclaré le milliardaire à ses partisans qui voulaient pour beaucoup des autographes et des selfies.

Les inondations, qui ont mis sous l'eau certaines parties de la Louisiane, ont été décrites comme la catastrophe naturelle la plus terrible connue par les Etats-unis depuis la tempête Sandy en 2012.

Le candidat républicain a dit aux journalistes qu'il était venu avec son colistier pour la vice-présidence, le gouverneur de l'Indiana Mike Pence, pour donner un coup de main. La Louisiane vote traditionnellement républicain à la présidentielle.

Les services du gouverneur de Louisiane, le démocrate John Bel Edwards, ont fait savoir que Donald Trump n'avait pas appelé pour discuter projets.

"Nous lui souhaitons la bienvenue (en Louisiane), mais pas pour une opération photo", déclare le bureau du gouverneur dans un communiqué en demandant au promoteur new-yorkais d'aider en bénévole ou de faire "un don important".

A ceux qui critiquent sa venue tardive, Barack Obama, qui termine ses vacances dimanche, a fait savoir via la Maison blanche qu'il avait voulu s'assurer que sa présence n'interfère pas avec les opérations de secours et de déblayage.

Le président a déclaré une grande partie de l'Etat sous le régime des catastrophes naturelles.

En 2005, le président républicain de l'époque, George W. Bush, avait suscité la critique pour avoir survolé La Nouvelle-Orléans, principale ville de la Louisiane et pour avoir ensuite prononcé un discours dans la ville encore sous les eaux après le passage de l'ouragan Katrina.

Plus de 86.000 personnes ont déjà déposé une demande d'aide fédérale pour les dernières inondations. Quatre mille personne devaient encore dormir dans des abris vendredi soir, selon les estimations de l'administration.

(Avec Sam Karlin à St. Amant, Louisiane, Ginger Gibson et Colleen Jenkins en Caroline du Nord, Susan Heavey et David Alexander à Washington, Fiona Oritz à Chicago et Roberta Rampton à Edgartown, dans le Massachusetts; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant