Donald Trump suscite une énième polémique avec un appel à la violence

le
0
Le candidat républicain lors d'un meetin en Caroline du Nord.
Le candidat républicain lors d'un meetin en Caroline du Nord.

Le candidat républicain a suggéré que les défenseurs du second amendement avaient le moyen d’arrêter sa rivale démocrate si elle était élue.

Lors d’un meeting en Caroline du Nord mardi 9 août, Donald Trump a déclaré qu’Hillary Clinton « voulait abolir le second amendement » avant d’affirmer qu’elle se servirait de la Cour suprême pour y arriver si elle accédait à la Maison Blanche. Le second amendement autorise le port d’armes aux Etats-Unis.

« Si elle a la possibilité de choisir ses juges, il n’y a rien que vous puissiez faire, les gars », a prévenu le candidat républicain. « Quoique, avec le second amendement, peut-être qu’il y a une solution, je ne sais pas... », a-t-il ajouté, déclenchant une nouvelle controverse avec cette déclaration considérée par beaucoup comme un appel à la violence.

Hillary Clinton a déploré dans un communiqué des « propos inacceptables de la part d’un candidat à la présidence », ajoutant « nous devons montrer que nous ne tolérons pas ce type de politique en Amérique ». Son directeur de campagne, Robby Mook, a de son côté rapidement accusé le candidat républicain d’utiliser un « langage dangereux ».

Chris Murphy, sénateur démocrate du Connecticut, s’est lui exprimé sur Twitter : « Ce n’est pas un jeu, des gens instables armés de puissantes armes à feu et une haine irrationnelle pour Hillary vous écoutent. »

Le clan Trump plaide la mauvaise interprétation Même chez les républicains, de plus en plus agacés par les écarts de son représentant dans la course à la Maison Blanche, des voix se sont fait entendre. L’ex-directeur de la CIA Michael Hayden a critiqué des propos qui « suggère...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant