Donald Trump, sexiste parmi d'autres

le , mis à jour le
1
Depuis plusieurs semaines, les nuages s'accumulent sur la candidature du milliardaire, qui perd du terrain face à sa rivale Hillary Clinton. .
Depuis plusieurs semaines, les nuages s'accumulent sur la candidature du milliardaire, qui perd du terrain face à sa rivale Hillary Clinton. .

« Je suis automatiquement attiré par les jolies filles. Je les embrasse sans attendre, comme un aimant. Quand tu es célèbre, elles se laissent faire. Tu peux faire ce que tu veux ! Les attraper par la chatte, tout ce que tu veux. » Depuis la réapparition vendredi d'une vidéo de 2005 où Donald Trump débite ces propos sexistes outranciers, le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine est de nouveau sous le feu des critiques. Loin de faire profil bas, le magnat a minimisé l'affaire. Invoquant des « propos de vestiaires ». Il a préféré invectiver Bill Clinton, affirmant : « Jamais personne dans l'histoire de la politique du pays n'a été aussi violent envers les femmes. » Lâché par des cadres de son parti et fragilisé par les dernières révélations du New York Times

, Donald Trump compte bien remporter la course à la Maison-Blanche. En effet, dans le milieu des chefs de l'État du monde entier, « The Donald » n'est pas le seul à briguer la palme du sexisme.

Alors qu'il visite un salon industriel à Milan fin 2010, Silvio Berlusconi a cette petite phrase : « Mieux vaut aimer les jolies filles qu

'

être gay. » Éclaboussé par l'affaire Ruby, surnom de Karima El Mahroug, il Cavaliere justifie ainsi son appétit pour cette danseuse de ventre professionnelle née au Maroc en 1992 et mineure au moment de leur rencontre. Trois...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 il y a un mois

    c'est extraverti comme Berlusconi... Au moins, il ne s'attaque pas aux enfants et les femmes sont assez grandes pour balancer une gifle au mal élevé. Celles qui se laissent faire (sans violence of course) et qui pleurnichent 20 ans après ne partent pas avec un apriori très favorable...