Donald Trump réaffirme sa ligne dure sur l'immigration

le
0
Donald Trump au Convention Center de Phoenix (Arizona) le 31 août.
Donald Trump au Convention Center de Phoenix (Arizona) le 31 août.

Le candidat républicain à la présidentielle a prononcé un discours attendu, mercredi soir, à Phoenix. Il a dépeint un pays rongé par une violence liée principalement aux immigrés illégaux.

La journée avait commencé avec un Donald Trump présidentiel, s’exprimant posément en milieu d’après-midi, mercredi 31 août, aux côtés d’un président en exercice, Enrique Pena Nieto, à Mexico. Elle s’est achevée sur une estrade à Phoenix, dans l’Arizona, par un discours avec lequel le candidat républicain à l’élection présidentielle du 8 novembre a définitivement dissipé les doutes qu’il avait lui-même alimenté ces derniers jours à propos d’une éventuelle atténuation de son plan sur l’immigration.

Son discours sombre, dépeignant un pays au bord du chaos et rongé par une violence explicable principalement par l’immigration, a été très proche de ceux prononcés pendant la longue campagne des primaires républicaines, et adressé en priorité à sa base.

La polémiste anti-immigration Ann Coulter a été à ce point transportée par ces propos qu’elle a jugé sur son compte Twitter que l’éloquence du magnat de l’immobilier surpassait désormais celle de Winston Churchill.

Flottement de deux semaines Pendant plus d’un an, M. Trump avait campé sans faillir sur la ligne la plus dure jamais défendue par un candidat républicain : construction d’un « mur » sur la frontière avec le Mexique, financement de l’ouvrage par les Mexicains eux-mêmes, expulsion des onze millions de sans-papiers présents, parfois depuis des décennies, sur le sol américain.

Après un flottement de deux semaines coïncidant avec un remaniement de son équipe de campagne, il a défendu à nouveau avec force, mercredi soir...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant