Donald Trump formellement désigné candidat républicain à la Maison Blanche

le
0
Les délégués républicains, dans l'enceinte de la salle omnisports de Cleveland, reconvertie pour la convention d'investiture républicaine, ont formellement désigné mardi 19 juillet Donald Trump comme candidat à la Maison Blanche.
Les délégués républicains, dans l'enceinte de la salle omnisports de Cleveland, reconvertie pour la convention d'investiture républicaine, ont formellement désigné mardi 19 juillet Donald Trump comme candidat à la Maison Blanche.

Les délégués de la convention républicaine l’ont formellement désigné, mardi soir, à Cleveland.

Donald Trump représentera les Républicains dans la course à la Maison Blanche. Après deux jours de désordre, le Parti républicain l’a formellement désigné mardi 19 juillet comme candidat à la présidentielle américaine. Une nomination qui tente de faire oublier les divisions, en ciblant une ennemie commune : la démocrate Hillary Clinton.

« Unité » : le mot était sur les lèvres de nombreux délégués, euphoriques ou résignés, dans l’enceinte de la salle omnisports de Cleveland reconvertie pour la convention d’investiture républicaine, qui dure de lundi à jeudi dans cette ville en bordure du lac Erié. Mais l’un des seuls moments où les milliers de délégués et d’invités républicains ont scandé un slogan d’une même voix, ce fut pour huer Hillary Clinton.

« Enfermez-la ! » « Enfermez-la ! », ont-ils lancé spontanément à quatre reprises lors d’un discours au vitriol de Chris Christie, gouverneur du New Jersey et ancien procureur fédéral, en forme de réquisitoire contre l’ancienne chef de la diplomatie de Barack Obama.

Enumérant les échecs supposés de la diplomatie américaine en Libye, Syrie, Iran, Nigeria, Russie ou Chine, Chris Christie a demandé : « Est-elle coupable ou non coupable ? » - « Coupable ! », a répondu la salle.

C’est cette même assemblée qui avait plongé dans un bref chaos lundi, quand des délégués anti-Trump avaient invectivé le président de séance lors d’un vote de procédure. Mais les rebelles n’ont pas perturbé les votes solennels d’investiture de Donald Tr...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant