Donald Trump défend sa position sur la Russie

le
0

Le magnat de l’immobilier est revenu sur ce sujet au lendemain du débat des candidats à la vice-présidence qui a souligné des divergences sur ce sujet avec son colistier.

Le fait du jour Le candidat républicain à l’élection présidentielle du 8 novembre, Donald Trump, a tenté de défendre sa position d’ouverture vis-à-vis de la Russie, mercredi 5 octobre, au lendemain du débat des candidats à la vice-présidence qui a souligné des divergences sur ce sujet avec son colistier, Mike Pence. En meeting à Henderson, dans le Nevada, M. Trump s’est défendu contre les accusations de complaisance avancées par ses adversaires démocrates. Ils disent « Donald Trump aime Poutine. Je ne l’aime pas, je ne déteste pas, nous allons voir comment cela fonctionne », a assuré le magnat de l’immobilier. M. Trump a une nouvelle fois envisagé de coopérer avec Moscou contre l’organisation Etat islamique. La veille, M. Pence s’était montré beaucoup plus critique en décrivant M. Poutine comme un « petit chef brutal ». Il avait également estimé que « Si la Russie choisit d’être impliquée dans cette attaque barbare contre Alep, et continue de l’être, les Etats-Unis d’Amérique devraient utiliser la force pour frapper des cibles du régime syrien », allié à la Russie.

La citation du jour « Je suis Irlandais » Tim Kaine, le colistier de la candidate démocrate à la présidentielle, Hillary Clinton, n’a pas trouvé d’autres arguments, mercredi 5 octobre, pour défendre sa stratégie d’attaques agressives contre son adversaire Mike Pence, lors du débat organisé la veille entre les deux hommes. M. Kaine n’a cessé d’interrompre M. Pence qui est pourtant apparu comme le vainqueur de l...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant