Donald Trump découvre les lois de la physique politique

le
0
Donald Trump (de dos) lors d'un meeting de campagne à Eau Claire dans le Wisconsin le 2 avril 2016.
Donald Trump (de dos) lors d'un meeting de campagne à Eau Claire dans le Wisconsin le 2 avril 2016.

Toujours en tête de la course à l’investiture, le candidat républicain a ces derniers jours enchaîné les déconvenues avec la presse américaine.

Ils s’appellent Charlie Sykes, Michelle Fields, Chris Matthews, et Donald Trump leur doit sa pire semaine depuis qu’il a descendu l’escalier mécanique de la Trump Tower, le 16 juin, pour annoncer sa candidature à l’investiture républicaine. Le premier, un animateur de radio conservateur du Wisconsin, Etat qui votera mardi 5 avril, a courtoisement mais consciencieusement étrillé le milliardaire le 28 mars au cours d’un entretien de 17 minutes, notamment sur sa menace de taxation des importations chinoises, ramenée à un simple « bluff ». L’intéressé ignorait manifestement que son interlocuteur comptait parmi ses détracteurs républicains les plus déterminés.

La deuxième, ex-journaliste au Breitbart News, un site également conservateur, est à l’origine des poursuites ouvertes le lendemain contre le directeur de campagne de M. Trump, qui l’avait écartée sans ménagement à l’issue d’une conférence de presse, au début du mois et que le milliardaire a choisi pourtant de couvrir dans un réflexe clanique. Le troisième, un pilier de la chaîne libérale MSNBC, est parvenu à pousser à la faute un jour plus tard M. Trump sur une question sensible, l’avortement.

Fin de l’impunité Il faut voir et revoir les cinq minutes pendant lesquelles Chris Matthews prend au piège le milliardaire en lui posant une question purement théorique : si l’avortement devenait illégal, faudrait-il punir les femmes qui y auraient recours. Il faut voir et revoir Donald Trump, totalement pris de court, hésiter pen...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant